Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2016

Tant qu'on refuse de pardonner

le pardon.jpg

Comme j'ai toujours de fidèles lecteurs qui je dois dire m'étonne énormément voici donc un petit texte de mes dernières réflexions juste avant Noël.

Tant qu’on refuse de pardonner, on maintient volontairement un lien très fort avec la personne qui, selon nous, nous a fait du mal.
Tant que nous ne pardonnons pas, nous rétrécissons notre capacité à aimer véritablement. Nous asséchons notre cœur en gardant rancune.
Tant que nous en voulons à l’autre, c’est à nous que nous faisons du mal. Pas à l’autre.
Pardonner ne signifie pas cautionner le geste que l’autre a commis ; cela ne veut pas dire que nous oublions ce qui a été fait ; cela ne signifie pas que ce n’était pas grave ce qui s’est passé.
Non. Pardonner, cela signifie que je m’aime assez pour me libérer des liens qui m’unissent à l’autre par mon manque de pardon. Cela signifie que je choisis de ME libérer de ce qui entrave mon bonheur. Cela signifie que dorénavant, ce qui s’est passé ne conditionnera plus mon présent pour m’empêcher d’être heureux, d’être bien.
Pardonner c’est voyager léger. C’est faire preuve de maturité. C’est prendre le dessus sur notre ego qui refuse de pardonner tant que justice n’a pas été rendue, selon lui. Si on écoute notre ego dans ces cas-là, nous signons un passeport pour le malheur pour le reste de notre vie. Car notre ego refuse de pardonner, puisqu’il est toujours dans le jugement.
Peu importe l’ampleur de la faute, peu importe son occurrence, peu importe notre douleur initiale, si nous ne pardonnons pas, nous ne nous libérons pas. Et nous restons coincés au moment où ces événements se sont produits, continuant de nous faire souffrir dans le présent pour ce qui fait déjà partie du passé, mais que nous maintenons actuel en alimentant notre rancune, en revivant inlassablement les mêmes événements, en les racontant, en nous identifiant à eux. C’est ce que vous avez envie de vivre pour le reste de vos jours ?
Vous aimerez-VOUS assez pour vous libérer de ce qui vous empêche d’être heureux ? Ou laisserez-vous votre rancune détruire le reste de votre vie ?
Évidemment, on ne doit pas rester dans ce qui nous fait souffrir ni tolérer l’intolérable ; nous sommes mieux de nous éloigner de tout ce qui est toxique pour nous ; on est plus sage si on évite les personnes qu’on sait qui pourraient nous blesser à nouveau. On ne retourne pas se jeter dans la gueule du loup !
Et pardonner ne signifie pas renouer avec qui nous a fait mal.
Quand on pardonne, pour de vrai, avec le cœur, on se libère du poids le plus lourd que nous puissions porter dans notre vie.
Prenez une roche pour chaque personne à qui vous refusez encore de pardonner, pour chaque événement. Traînez ces roches avec vous partout durant au moins 24 heures : quand vous mangez, quand vous dormez, quand vous vous brossez les dents, quand vous allez travailler, quand vous prenez votre bain, quand vous marchez, vous traînez toujours ces roches avec vous. Au bout de la journée, vous serez épuisés de porter votre sac rempli de roches tellement lourdes qu’elles ne vous donnent plus le goût d’avancer.
Et bien c’est exactement ce qui se produit au niveau spirituel : tout ce que vous refusez de pardonner, ce sont des roches que votre âme traîne continuellement, ce qui lui enlève à elle aussi le goût d’avancer, ce qui la rend lourde et l’épuise. Vous vous surprenez de stagner dans votre vie ? Vous trouvez que certains aspects de votre vie vont mal ? Alors qu’avez-vous à pardonner ? À vous ? Aux autres ?
Vous seul détenez la clé de votre bonheur : le Pardon.
Vous voulez vivre libres et heureux ? Cela se résume en un seul mot : PARDONNEZ !

19:37 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

31/12/2014

Bonne année

sans-titre.png

2014 touche à sa fin. Ce fut une bonne année pour moi et pour 2015 je ferai tout pour qu’elle soit encore meilleure.

Que la nouvelle année déborde de bonheur et de prospérité et que tous les vœux formulés deviennent réalité ! Et à propos de vœux voilà ce que je vous souhaite pour cette nouvelle année qui va commencer.

Que le bonheur soit avec vous

Que la lumière soit devant vous
Que les anges soient autour de vous

Que dieu vous donne la joie
Bonne année
!
Ainsi soit-il
!

11:03 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

24/12/2014

Noël notre fête

creche1.jpg

C'est l'heure des vœux et des belles paroles rassurantes, chaleureuses, mais surtout sincères.
Je ne dérogerai pas à cette marque de respect envers vous toutes et tous, qui consiste à écrire ce que je pense et ressens réellement.
Et, surtout, surtout, je vous souhaite de rester en bonne santé.
C'est la première condition du bonheur et c'est mon vœu le plus cher pour vous toutes et tous.

Une petite histoire à méditer

Quatre bougies étaient allumées sur une couronne de l'avent.
Tout était tellement silencieux que l'on pouvait entendre leur conversation.

La première bougie dit : "Je suis la Paix.
Ma lumière brille, mais les hommes ne savent pas vivre en paix."
Sa flamme faiblit et s'éteignit lentement.

La seconde bougie dit : "Je suis la Foi.
Je suis devenue inutile. Les gens ne veulent plus entendre parler de Dieu et je n'ai plus de raison de continuer à briller."
Une brise souffla et la seconde bougie s'éteignit également.

La troisième bougie dit tristement : "Je suis l'Amour.
Je n'ai plus la force de continuer à brûler.
Les gens m'oublient. Ils ne cherchent que leur bonheur et oublient celui des autres."
Sa flamme se raviva une dernière fois et s'éteignit également.

A ce moment là, un enfant arriva et vit les trois bougies éteintes.
Il dit : "Mais pourquoi êtes vous éteintes ? Vous devez toujours rester allumées !"

L'enfant avait les larmes aux yeux.
La quatrième bougie prit la parole et le consola : "Je suis l'Espérance.
Ne t'inquiète pas mon enfant, tant que ma flamme brillera, nous pourrons rallumer les autres bougies."

Alors l'enfant prit la bougie de l'Espérance et ralluma les trois autres bougies.

Que la bougie de l'Espérance ne s'éteigne jamais en nous.
Elle est notre lumière dans l'obscurité et le chemin vers le bonheur…

14:39 Publié dans Actualité | Lien permanent

17/12/2014

La liste

La liste des collèges qui seront en REP en 2015

Comme on peut le constater, Sainte Marie n'en fait plus partie.

En tout cas un grand bravo aux enseignants ainsi qu'aux parents pour leur mobilisation. La manifestation de hier soir à Lièpvre a été un succès !!

12:16 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

14/12/2014

le mobile

becasem.jpg

Maintenant nous en savons plus sur le pourquoi du déclassement de notre collège. Nous savons aussi qui est à l'origine de cette politique (voir photo ci-contre). Il fallait des moyens pour les collèges André-Maurois de Bischwiller et Bel-Air de Mulhouse et c'est notre vallée et l’avenir de nos enfants ont été sacrifiés. Et malheureusement rien ni personne ne changera quelque chose ! Pourquoi ? Simplement parce que nous sommes trop gentil. Regardez comment les bretons ont fait plier le gouvernement, regardez comment des casseurs ont fait arrêter le chantier du barrage de Sivens, regardez comment les corses ont fait pour rester une région seule. Faut dire que là-bas les villas partent vite en fumée lorsque les corses ne sont pas contents. C’est comme pour les nouvelles régions, nous voilà avec la Champagne Ardennes alors qu’il y a encore peu nous ne voulions pas d’une fusion avec le Bas Rhin. Dernière invention de nos têtes pensantes, ne plus construire de crèches de Noël. Là je dois dire qu’on touche des sommets de la connerie. Tu m’étonnes que le Front National progresse. La dictature s’est "tais-toi", notre démocratie s’est "cause toujours"  Quelle différence !!! Quoi qu’on dise quoi qu’on désir, il y a toujours un petit groupe qui décide pour nous. Et pour changer les choses établies, il faut un grand chambardement. Pour ma part je crains fortement que ce chambardement ait commencé. Et il arrive du côté de l’Ukraine. Mais çà on ne nous en parle que très peu dans les journaux.

J'ai modifié ce post suite à un commentaire d'Etienne qui n'a pas compris le sens de ce que je voulais dire, mais je reconnais que la formulation était maladroite.

 

10:39 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)