Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/08/2009

Insuffisant à dit le liquidateur !!!!

anpe.jpgMAIS IL LUI FAUT QUOI  au liquidateur de Budelpack?

 

La société HARTMANN avait fait une offre de rachat à 500 000 € pour le site de Budelpack. Comme les choses trainaient, Hartmann a donc refait une seconde offre à 600 000 €. Le liquidateur les a trouvé insuffisantes et les a donc rejetées !

Il y avait aussi une offre d’une société tunisienne pour 1 millions d’euros soit 400 000 € de plus que Hartmann pour le rachat des machines et avec reprise des locaux.

Une société turc a aussi fait preuve d’intérêt mais sans plus. Les cadres de Budelpack voulaient eux aussi présenter un projet de reprise mais il a fait long feu. Tout celà a contribué à ce que Hartmann jette l’éponge dans cette triste affaire, les choses trainant trop en longueur.

600 000 € trop peu pour le liquidateur…. Ok, si on prend le chiffre brut mais dans l’offre que Hartmann avait fait, il y avait la reprise de 45 salariés ! Et çà n’a pas été valorisé !

Le coût salarial d’un ouvrier, charges comprises, se situe à environ  30 000 € annuel. Si on multiplie cette somme par 45, on arrive à la somme de 1 350 000 €. Et çà le liquidateur n’en a pas tenu compte. Résultats ces 405 emplois qui auraient pu être sauvés se retrouvent à pointer au pôle emploi. A 1200 € d'allocation chômage , fourchette basse, l’assurance chômage déboursera donc 648 000 € en une année pour ces 45 personnes. Et combien d’anciens de Budelpack vont retrouver un emploi cette année ?

Et si l’offre tunisienne part en fumé comme je le crains, on pourra dire qu’on a assisté à un beau gâchis.

Jean Luc Frechard s’est battu pour une reprise sérieuse malheureusement il n'a été que très peu soutenu. Du coté de la municipalité de Lièpvre, le soutien a été mou très mou pour ne pas dire inexistant. Çà en devient une fâcheuse habitude. Le plus triste de l’histoire c’est que le pauvre Robert et ses collègues vont avoir du mal à retrouver un travail dans notre vallée.....

A suivre.