Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2010

Inquitant constat

Les photos ci-dessous  ont quelque chose d’inquiétant et je trouve bizarre que je sois le seul à en parler ! Ces algues filandreuses poussent principalement dans le courant de la Lièpvrette et du Rombach. C’est  la conséquence d’une concentration anormale de phosphate. Dans le milieu naturel, les phosphates et les nitrates sont en très faibles concentration. En ce qui concerne les phosphates, le taux est pratiquement nul.

On constate une prolifération d'algues à partir d'une concentration de phosphate supérieur à 0,3mg/l.  Et ces phosphates nous les retrouvons dans les eaux sales qui contiennent la pollution organique. Lorsqu’il y a trop de pollution, les algues prolifèrent et les micro-organismes finissent par épuiser l’oxygène des rivières. La faune aquatique étouffe alors : c’est l’eutrophisation. Et c’est connu et reconnu, les matières polluantes participant le plus à l’eutrophisation sont les nitrates et les phosphates. Derrière ce constat je me pose une multitude de questions auxquelles je n’ai malheureusement pas de réponses. Peut-être que l’un ou l’autre lecteur de ce blog pourra m’éclairer.

La commune de Rombach a t'elle encore des évacuations "sauvages' des eaux usées dans le Rombach ?

La station d’épuration de Sainte Marie fonctionne t’elle correctement ?

Les effluents de Sainte Croix aux mines vont t-ils bien à la station d’épuration de Sélestat ou se déversent t-ils encore dans la Lièpvrette  à l’entrée ouest de Liepvre ?

Y a-t-il encore à Lièpvre des "écoulements  sauvages de machines à laver" du côté d’un nouveau lotissement ?

Que faire pour combattre ces algues ? Tout simplement en supprimant les rejets de phosphate. Facile à dire difficile à réaliser !

Depuis plus d’une trentaine d’année, les eaux usées de Sainte Marie sont traitées et permettent ainsi une réduction de la pollution de nos cours d’eau. Mais cela n’est pas suffisant. Les eaux pluviales ont été négligées pendant de nombreuses années. Elles s’avéraient pourtant néfastes aussi pour la nature puisqu’elles rassemblaient les hydrocarbures et autres polluants. Les réseaux d’eaux pluviales sont de plus en plus coûteux. De plus, ces eaux peuvent causer des inondations, il faut donc trouver des moyens de les canaliser. Et çà la comcom devrait être moteur. C'est structurant et nécessaire.  Faire de " l'écologie ", c'est sur le terrain que s'acquière la vraie conscience du respect de l'environnement et pour nos rivières il est grand temps de s'en préoccuper. J'espère de tout coeur qu'au moins un politique de la vallée (lecteur de ce blog) s'en inquiète.

 

C'est sur le terrain que s'acquière la vraie
conscience du respect de l'environnemenC'est sur le terrain que s'acquière la vraieconscience du respect de l'environnement
phosphate.jpg

Là, la rivière disparait sous ces algues !

 

algue1.jpg

Toute la rivière est concernée

algue2.jpg

20:48 Publié dans Vallée | Lien permanent | Commentaires (0)

15/06/2010

Sors de ce corps Marcel !!!!

jlf prie.jpg
Photo DNA

 

C’est ce que je me suis dit en voyant la photo ci-dessus. J’ai cru que le fantôme de Marcel Boussac avait pris le contrôle du corps du président de la comcom. Jean Luc Fréchard se lance donc dans le textile en devenant le président de la Cène ou SEM, je sais plus très bien….. Avec ses douze apôtres (communautaires) il va nous faire des miracles. Là ou d’autres ont échoué, il va réussir, soyons en sûr. Et le voici donc sur son chemin de croix à proposer aux pèlerins de passage à Tellure, retransformé pour la circonstance en galerie marchande de la grotte de Lourdes, kelsch, toiles de coton et autres reproductions du linceul de Turin. Va falloir en vendre beaucoup et trouver de nouveaux pélerins ! Chaque jour qui passe le voilà donc condamné à remettre 100 fois son ouvrage sur le métier. Quel courage et là je suis sincère et je le pense vraiment. Je m’inquiète quand même, peut-être à tort, des futurs déficits et cumulés à d’autres, arriverons nous à faire face à tout cela ? La réponse dans un an. Quant à notre Marcel cantonal, je lui souhaite bonne chance dans sa nouvelle aventure et promis si çà foire, contrairement à certain (s) Iscariote godillots qui ont validé la création de la SEM, je ne le clouerai pas sur la croix.

18:50 Publié dans comcom | Lien permanent | Commentaires (0)

11/06/2010

un simple oubli......

oubli.jpgDans son article ″ Financement des retraites : l’enjeu des cotisations patronales″, Bernard FRIOT, professeur d’économie et sociologie à l’université Paris X, écrivait : 
On oublie toujours, quand on raisonne sur l’avenir des retraites, que le PIB progresse d’environ 1,6 % par an, en volume, et donc qu’il double, à monnaie constante, en 40 ans. C’est pourquoi nous avons pu multiplier par 4,5 les dépenses de pension depuis 1960.
Pourquoi une information aussi déterminante est-elle censurée ? 
Parce que tout simplement un petit calcul facile, montrerait que ceux qui nous gouvernent, nous prennent pour des demeurés. 
- En effet : si aujourd’hui 10 actifs produisent un gâteau de 100 et qu’ils ont à charge 4 retraités. C’est 14 personnes qui se partagent un gâteau de 100. Ainsi la part de chaque personne est de (100 : 14) soit 7,14. 
- Si dans quarante ans, 10 actifs produisent un gâteau de 200 et qu’ils ont à charge 8 retraités. Ce seront 18 personnes qui se partageront un gâteau de 200. Ainsi la part de chaque personne sera de (200 : 18) soit 11,1. 
C’est limpide ! Il sera donc possible de financer des retraites au même niveau qu’avant leurs réformes à remonter le temps. De plus, la part de gâteau restante pour l’investissement et l’élévation du niveau de vie sera bien plus importante en 2040.
Alors, où est donc le problème ? 
Pourquoi cet acharnement à détruire un système qui fonctionne bien ? 
Parce que notre système social mis en place par le Conseil national de la résistance en 1945, met en rage les hommes d’affaires et les financiers pour des raisons évidentes.
Par exemple, il leur est impossible de réaliser des plus values
boursières sur 40% de notre part salariale (les fameuses cotisations sociales patronales) qui payent notre retraite et notre santé, en toute dignité et responsabilité. N’oublions pas que ces cotisations sociales représentent notre salaire différé qui est le fruit de notre travail. Il ne s’agit ni d’assistanat ni de charité patronale comme le laisse entendre une mauvaise propagande.
Et c’est bien là que se situe tout l’enjeu de leurs réformes : le président Sarkosy et ses amis rêvent de faire main basse sur notre salaire différé. 
Pour s’emparer de cette
galette, leur stratégie consiste à réduire nos droits pour nous contraindre, une fois de plus et de plus en plus, à financer notre santé et notre retraite par des assurances privées.

 

19:39 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

06/06/2010

ëtre ou ne pas être Français ?

natioonalite.jpgEtre français se mérite et perdre sa nationalité est tout à fait possible. Beaucoup trop de "Français" crachent sur notre pays. Ces gens là ne méritent pas d'être Français. Moi je suis patriote, j'aime mon pays comme j'aime ma vallée et comme j'aime mon village.

Aujourd'hui, on naît ou devient français par droit du sang, mariage, droit du sol, adoption... Mais on peut aussi perdre ce statut après avoir commis des actes graves.
J’ai trouvé 8 principales causes qui peuvent amener à perdre la nationalité française.

1) Se soustraire aux obligations militaires

Si aujourd’hui le service militaire existait encore, je suis certain que nous serions moins nombreux. Pour info le parti socialiste parle de le remettre en place, une très bonne chose !

Les obligations envers le service national ont beaucoup évolué au cours des 15 dernières années car l'armée s'est professionnalisée. Il faut savoir que les militaires qui se soustraient au Code du Service National sont considérés comme des traîtres à la Nation, et peuvent alors perdre la nationalité française.

 

2) Nuire à l’administration

Les personnes exerçant une fonction publique et portant "atteinte à l'administration publique" par abus d'autorité, discrimination ou corruption par exemple, peuvent également être déchues de leur nationalité française. ( Imaginez un serviteur de l'Etat abritant dans sa maison un clandestin en situation irrégulière....)

 

3) En faisant la demande

Un Français qui réside à l'étranger et qui obtient une autre nationalité peut renoncer à la nationalité française. Cette situation assez rare peut arriver lorsqu'un citoyen français souhaite garder uniquement sa nouvelle nationalité.

 

4) En divorçant

La nationalité française peut s'obtenir par le mariage : le ou la marié(e) qui devient français(e) par alliance obtient alors un décret de naturalisation. Mais si les jeunes époux se quittent moins de 12 mois après leur union, la séparation constitue alors une présomption de fraude. Et le décret peut être remis en cause.

 

5) Prôner son autre nationalité

L'article 23-7 du Code Civil prévoit que "Le Français qui se comporte comme le national d'un pays étranger" peut perdre la nationalité française (voilà un article qui me rappelle un "France-Algérie" au parc des princes). Pour cela, il faut pouvoir établir l'existence d'"actes positifs d'allégeance" au pays étranger dont cette personne est ressortissante. Donc…pas de burqa, ne pas brandir un drapeau étranger !

 

6) Être un espion

Servir une armée ou un service public étranger peut être un acte préjudiciable aux intérêts de la France. Cela peut être considéré comme de l'espionnage, un acte qui peut vous coûter la nationalité française ! A moins que vous ne travailliez pour les services secrets français.

 

7) Commettre un acte terroriste

Séquestration, fabrication de bombes, détention d'armes... depuis les attentats de Madrid et Londres en 2005, les lois anti-terrorisme sont encore plus sévères. Outre la prison et l'expulsion, les auteurs d'un acte terroriste risquent aussi d'être déchus de la nationalité française.

 

8) Porter atteinte à la Nation

Les actes de sabotage contre la Nation, comme le déraillement d'un train ou le piratage informatique, sont très sévèrement punis par la loi. Le saboteur risque jusqu'à 20 ans de prison et 300 000 euros d'amende. Dans les cas les plus graves, il peut de se voir retirer la nationalité française.

02/06/2010

Le coût d'un emploi

1 796 000 € soit 11, 8 millions de Francs ! Fichtre jolie somme  pour faire revivre le site "Alplast"!

C’est le prix que nous allons payer pour la création d’un certain nombre d’emplois. Jean Luc Frechard nous parle d'une centaine emplois  que pourrait créer la société GEPROM, chiffre qui me parait surestimé, d’autres, plus réalistes, nous parlent de 25. Cela fait donc 71 840 € par emploi créé(en prenant la fourchette basse). Oups vu comme çà, ce n’est pas donné surtout qu’il y a peu, nos délégués ont négligé la sauvegarde (gratuite) de 40 emplois, emplois que proposait une entreprise qui vient d’investir plus de 4 millions d’euros sur la zone industrielle de Lièpvre.

Pour ma part je suis aussi content de ces futurs emplois bien que j'ai quelques doutes et comme Saint Thomas, j'attends de voir. L'avenir de notre vallée passe par le développement d'emplois industriels. Je trouve juste dommage qu’aucun délégué n’ait pas plus creusé la chose. A-t-on des garanties de redémarrage d’activité ? Si oui combien d’emplois pour les gens de la vallée ? Existe t'il un busness plan?

Et à  voir la mine réjouie de nos délégués par ces futurs emplois industriels, on en viendrait presque à douter lorsqu’ils nous prévoyaient, il y a peu, un gisement énorme d’emplois dans le tourisme.

 

Pour connaître un peu plus la société GEPROM

20:22 Publié dans comcom | Lien permanent | Commentaires (0)