Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2010

Un peu de vacances me fera du bien

Une petite semaine voir deux sans blogger me fera le plus grand bien. Direction le SOLEIL. Voir autre chose, découvrir de nouveaux paysages , quoi de plus enrichissant !

Et comptez sur moi pour une rentrée fracassante !! Ce n'est pas les sujets qui vont me manquer.

@ bientôt

27/08/2010

La fin du photovoltaïque?

photovoltaique.jpgDe plus en plus de propriétaires installent des panneaux photovoltaïques sur les toits de leurs maisons. Il y a fort à parier que dans les prochains temps les pompiers rechignent à intervenir. La raison : les risques d’électrocution par le courant venant des panneaux.
EDF, selon ces nouveaux tarifs, s’engage à  racheter l’énergie des particuliers à un tarif de 0,58 euros pendant 20 ans. Grâce à cette incitation, il y aurait environ 580 000 installations photovoltaïques rien qu’en Allemagne (beaucoup moins en France, de l’ordre de 40 à 60 000).
Mais en cas d’incendie, les maisons individuelles équipées de panneaux risquent de ne pas être secourues. Deux exemples récents dans le nord de l’Allemagne ont vu les pompiers volontaires refuser d’intervenir sur un petit incendie. Ce qui aurait pu rester un incident faisant des dégâts mineurs avec une intervention, s’est transformé en un tas de cendres. Carsten Pix, le secrétaire général de l’association des pompiers allemands, explique les dessous du problème.
Même quand on coupe l’alimentation du réseau lors d’un incendie, le courant continue de sortir des panneaux PV. Il y a des risques même lors d’une intervention nocturne : la lumière de nos lampes suffit à produire un courant dangereux.
A Steinburg, près de Hambourg, un accident a envoyé un pompier volontaire à l’hôpital dans un état grave. Depuis, les équipes hésitent à intervenir.
Selon les statistiques de l’association des assureurs allemands, environ 190 000 maisons individuelles sont touchées par le feu chaque année.
Nous n’avons pour l’instant que très peu de cas où les pompiers ont refusé d’intervenir à cause de la présence de panneaux solaires. Il n’est pas encore question d’augmenter les cotisations pour ce type d’habitations, rapporte Christian Lübke, porte-parole de l’association, qui se veut rassurant.
Mais la question est suffisamment sérieuse pour que les pompiers professionnels et bénévoles montent un groupe de travail sur le sujet. Ils veulent rédiger un guide pratique sur la sécurité en cas d’intervention sur des installations solaires. Si les pompiers professionnels disposent de lanceurs de mousse opaque qui peuvent couvrir les équipements PVIB (photovoltaïque intégré aux bâtiments), les bénévoles doivent en effet faire avec les moyens du bord. En attendant que les équipementiers sortent des produits plus sûrs.
Car certains fabricants proposent depuis peu des disjoncteurs qui coupent automatiquement l’alimentation des panneaux en même temps que celle du réseau. Selon Lübke, les assureurs étudient avec intérêt les avancées de cette technologie. Sans cependant donner d’indication sur la date à laquelle leur installation sera exigée.
La modification fin 2009 de la loi sur la promotion des énergies renouvelables a considérablement ralenti l’installation de panneaux PV sur les maisons individuelles. La mesure obligeant les producteurs à racheter l’électricité à prix fixé a été considérée "antisociale", puisque les producteurs répartissaient cette augmentation sur tous les consommateurs. Mais après ce premier coup donné par les autorités aux propriétaires écologiques, voir les pompiers risquer de ne plus intervenir en cas d’incendie risque de leur porter l’estocade !

20:05 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

25/08/2010

Trouvé dans l'Evangile selon Saint Jean

gravure dore bible - saint jean a patmos.jpg

Un couple marié depuis quelques années ne parvient pas à avoir d'enfant. Pour ne pas se sentir trop seuls, ils achètent un chien : un chiot qu'ils élèvent avec beaucoup d'attention et d'amour, comme si c'était leur propre fils. Le temps passe et le chien grandit, jusqu'à devenir un beau et grand berger allemand. A plusieurs occasions, notamment des cambriolages, le chien prouve à ses maîtres qu'il leur est fidèle et sait les défendre. Au bout de sept ans, la femme tombe enfin enceinte. Bientôt, le bébé les accapare et petit à petit, le couple délaisse son chien. L'animal, fidèle depuis tant d'années, se sent seul, désespéré et, pour tout dire, un peu jaloux du nouveau-né. Un jour, les parents placent le
berceau et l'enfant endormi dans le salon tandis qu'ils partent sur la terrasse où les attend une viande rôtie. Au bout d'un moment, le père se lève pour aller chercher des condiments dans la maison.
Dans le couloir, il tombe nez à nez avec le chien assis sur ses deux pattes arrière. Le berger allemand remue la queue, les babines ensanglantées retroussées sur ses crocs, comme s'il
souriait. Face à cette terrible vision, le maître ne réfléchit même pas : il décroche le fusil qui trône au-dessus du téléphone et tue le chien d'un coup. Ensuite, il se précipite dans le salon et... y trouve un serpent égorgé, à deux mètres du berceau où l'enfant dort sagement.
Combien de fois avons-nous jugées injustement une personne ?
Les apparences sont souvent trompeuses : nous avons vite fait de
cataloguer quelqu'un sans savoir qui il est vraiment !
Quelles sont ses pensées, quels sont ses sentiments ? Souvent, les êtres ne sont pas aussi noirs qu'ils le paraissent. Ils sont seulement contrariés par une situation qu'ils ne maîtrisent pas.
La prochaine fois que vous vous sentirez sur le point de juger quelqu'un sans appel, sur de simples apparences, souvenez-vous de l'histoire du chien fidèle...
"Cessez de juger sur l'apparence, jugez avec équité."
Saint Jean

 

23/08/2010

La prière du pasteur Joe Wright

 

priere-derangeante-la-priere-du-pasteur-joe-wright.jpegIl serait bon qu’on se remettre à prier Voici une prière faite à l'ouverture d’un colloque aux Etats Unis en 2008.

Tout le monde s'attendait à une prière ordinaire, mais voici ce qu'ils ont entendu:

Seigneur, nous venons vers toi aujourd'hui pour te demander pardon et pour te demander de nous guider.

Nous savons que ta Parole nous dit :

Malheur à ceux qui appellent bien ce qui est mal.

Et c'est exactement ce que nous avons fait.

Nous avons perdu notre équilibre spirituel et nous avons renversé "nos valeurs."

Nous avons exploité le pauvre et nous appelons cela "la loterie."

Nous avons récompensé la paresse et nous avons appelé cela "l'aide sociale."

Nous avons tué nos enfants pas encore nés et nous avons appelé ça "le libre choix."

Nous avons abattu des avorteurs et nous avons appelé ça "la justice."

Nous avons négligé de discipliner nos enfants et nous avons appelé ça "développer leur estime de soi."

Nous avons abusé du pouvoir et nous avons appelé ça "la politique."

Nous avons convoité les biens de nos voisins et nous avons appelé ça "avoir de "l'ambition."

Nous avons pollué les ondes radio et télé avec la grossièreté et la pornographie et nous avons appelé ça "liberté d'expression."

Nous avons ridiculisé les valeurs établies depuis longtemps de nos ancêtres et avons appelé ça "les Lumières."

Oh Dieu, sonde notre cœur; purifie-nous et libère-nous de nos péchés.

AMEN

 

08:10 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (0)

21/08/2010

La démission des parents

delinquente.jpgC'est trop facile de blâmer les professeurs pour l'échec de nos enfants
L'important, c'est l'attitude et l'implication des parents. 
Quand il n'y a ni livre, ni parents à la maison, qui élève les enfants ? : La télévision !
Nos enfants ratent leurs examens ? C'est la faute des professeurs. 
Ils engraissent ? C'est la faute de Mac Do. 
Ils sont violents ? C'est la faute de Nintendo. 
Ils sont vulgaires ? C'est la faute des vidéoclips. 
Ils sont obsédés par le sexe ? C'est la faute d'Internet. 
Toujours la faute des autres, jamais la faute des parents. 
Les parlements sont devenus des services d'aménagement des droits et des plaintes
Les parents qui semblent dire :
"Aidez-nous, nous sommes débordés,

ouvrez les garderies plus tôt, fermez-les plus tard,

éduquez nos enfants, élevez-les, instruisez-les, 
aimez-les, montrez-leur les bonnes manières, 
donnez-leur le goût de lire, attisez leur curiosité, 
faites-les bouger, rendez-les plus ouverts, altruistes, compatissants, gentils, généreux, 
car nous, parents, nous n'avons ni le temps  ni l'énergie..."
Nous nous efforçons de donner à nos enfants tout ce qui nous a manqué dans  notre jeunesse et nous négligeons de leur donner  ce dont nous avons bénéficié.

Trop souvent les parents démissionnent et accusent tout le monde de la situation qu'ils ont eux même engendré.

Maintenant de là à mettre les parents en prison, c'est bien mal comprendre les problèmes de notre société.