Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2011

"I have a dream"

le-reve.jpg

J’ai fait un rêve. J’ai rêvé que notre prochain(e) conseiller(e) général(e) allait gouverner autrement notre vallée. J’ai rêvé que plutôt qu’il ou elle dise "nous allons faire ensemble, dialoguer, concerter, fédérer, rencontrer etc", il ou elle disait dans mon rêve, je vais agir ! J’ai rêvé qu’il ou elle agissait pour garder nos entreprises, qu’il ou elle agissait pour les soutenir. J'ai rêvé qu'il ou elle faisait aboutir le projet de reprise de Budelpack de 2009 et ainsi sauver 40 emplois sûr ! J’ai rêvé qu’il ou elle agissait pour qu’au niveau du tourisme  il n’y ait plus qu’une seule structure qui s’en occupe et plus 36 comme aujourd’hui. J’ai rêvé qu’il ou elle agissait pour ne pas hypothéquer l’avenir en rajoutant des impôts pour couvrir les conneries passées et futures. J’ai rêvé qu’il ou elle ne jetait plus les gens dehors pour un oui ou pour un non. J’ai rêvé qu’il ou elle tordait le coup à nos déficits chroniques. J’ai rêvé qu’il ou elle était courageux(se) !

J’ai aussi rêvé que lundi prochain, je n’aurais pas à choisir entre la médiocrité et l'incapacité mais plutôt entre la fraicheur et l'énergie.

Commentaires

Rêver ? …. Oui nous pouvons toujours rêver entre la médiocrité et l'incapacité.
Chouette …. Les candidats mâles peuvent se friser les moustaches …. J’en veux pour preuve ce que je viens de lire sur le blog électorale de Nadine …

La solidarité féminine, pour la candidate de Gauche, se limite à fouiller dans les poubelles pour mieux s’auto-détruire entre gente féminine.

Elle, qui voulait nous faire rêver en faisant de la politique « autrement », se laisser embarquer dans une polémique à forte odeur de règlement de compte intra-ste-creusien.

En s’abaissant, à travers une vaine et basse glose digne de l’enfantillage, on ne peut perdre que de sa crédibilité.


Electeur de Gauche, il ne me reste plus, pour mieux rêver entre médiocrité et incapacité, à voter « autrement » …. en restant chez-moi …

Écrit par : val qui pleure | 18/03/2011

Christian Chaton a visiblement débouché le champagne hier soir. Pourtant sa solitude politique demeure. Elle est le gage de son inefficacité. Il gène, certes, il peut même influencer le débat. Mais pour quel débouché ?

Le jour où les responsables politiques locaux se pencheront sérieusement sur les sentiments qu'ils suscitent, peut-être prendront-ils conscience de tout ce que leurs discours produit de pervers.

L'enthousiasme et la foi ont déserté l’esprit de l’électeur.
Hélas, le réalisme ne triomphe pas non plus, mais plutôt le désenchantement et pire, la méfiance.

Le drame de la politique locale, mais on se répète, tient tout entier dans son incapacité à fabriquer de la confiance. Au fond des urnes encore hier, c'est cela qui ressort. Et c'est cela qui doit préoccuper. Et certainement pas le stérile « tous contre Chaton ».

Écrit par : JJM | 21/03/2011

Les commentaires sont fermés.