Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2011

Le pot aux roses

dsk1.jpgOu les dessous nauséabondes de l'affaire DSK

La "Victime " va être accusée à son tour pour les délits commis : elle risque gros !
C'est au cours des dernières semaines que les enquêteurs ont mis au jour le passé douteux de Nafissatou Diallo. Ses liens avec des personnes impliquées dans le trafic de stupéfiants ou le blanchiment d'argent sale ont commencé à éveiller les soupçons. En creusant un peu plus, les enquêteurs ont découvert que la femme de chambre aurait perçu 100 000 dollars sur son compte bancaire au cours des deux dernières années. Arrivée aux Etats-Unis en 2002 de Guinée, son pays d'origine, elle aurait aussi menti à propos de sa demande d'asile. 
Plus récemment, lors d'une conversation téléphonique avec un dealer, «elle aurait posé la question de l'intérêt de poursuivre ou non ses les accusations» contre DSK, 24 heures à peine après le début du scandale. Une conversation enregistrée par les enquêteurs new yorkais. 
Elle a d'abord nettoyé une chambre voisine
Plus grave pour elle, la plaignante a finalement reconnu avoir menti devant le grand jury et sous serment sur ce qu'il s'est passé juste après son agression présumée dans la suite 2806 le 14 mai. Au lieu de se réfugier dans le couloir du 28e étage de l'hôtel, où se trouvait la suite 2806 de DSK, et d'attendre que son agresseur présumé sorte pour en parler à un supérieur, elle a d'abord "nettoyé une chambre voisine, puis est retournée dans la suite de DSK avant de rapporter l'incident", écrit le bureau du procureur dans un communiqué. Quand à Marine Le Pen, il ne lui reste plus qu'à presenter des excuses publiques pour les propos qu'elle a tenu au mépris de la présomption d'innocence et quitter définitivement la vie politique s'il lui reste un peu d'honneur.

08:15 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.