Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2011

Félicitation Monsieur Dosière (PS)

dosiere.jpgLe 5 juillet René Dosière, député socialiste, fait adopter, en séance de nuit, avec le soutien d'une partie des députés UMP présents, deux amendements qui risquaient de secouer le confort douillet et le train de vie de bien des élus locaux.
Il a d'abord fait voter l'obligation d'inscrire dans une délibération la liste nominative de tous les avantages en nature accordés aux élus : voitures de fonction, téléphone et ordinateurs portables, logement, bref, toutes ces petites choses qui vous rendent la vie plus agréable... aux frais du contribuable, et en surplus de l'indemnité légale, bien entendu ! On pourra continuer à en bénéficier, mais maintenant, on saura qui bénéficie de quoi... Ça devrait calmer quelques appétits ! on appelle çà transparence.
Il a également fait voter la suppression de la possibilité de faire verser à d'autres élus de la collectivité, le surplus d'indemnités en cas d'écrêtement. Je m'explique. Les indemnités que peut percevoir un élu local sont limitées à une fois et demie le montant de l'indemnité parlementaire. De nombreux cumulards, notamment s'ils sont à la fois parlementaires, maires, à la communauté de communes et dans je ne sais quelle structure publique, atteignent assez rapidement ce plafond. Ils sont "écrêtes" et ne peuvent pas toucher le surplus. 
Par contre, ils avaient la possibilité de redistribuer ce surplus, qu'eux même ne pouvaient pas toucher, entre d'autres élus de la même collectivité. Discrétionnairement...ben oui ..! Cela favorisait bien entendu toutes sortes de trafics et de copinages. Une fois c'est l'épouse, également adjointe de son mari de maire, qui en bénéficie, une autre fois c'est tel adjoint un peu "difficile à gérer" que l'on achète comme ça. Parfois aussi, l'heureux bénéficiaire n'était qu'une blanchisserie, chargé de reverser au maire, en liquide et par dessous la table, les sommes ainsi attribuées.
Bref, tout cela était assez glauque. René Dosière a tout simplement fait interdire cette pratique. En cas d'écrêtement, les sommes en surplus restent dans les caisses de la collectivité locale concernée. C'est simple, ça évite les magouilles et ça fait économiser de l'argent public ! Mais.....Bien évidement le Senat a annuler ces deux amendements le lundi 11 juillet !

Il y a quand même quelque chose de pourri dans notre pays.

08:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.