Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2012

Un bloggeur çà pleure aussi

Jean Marie.jpgLes larmes d'un homme est, selon certains, un signe de faiblesse. C’est pour moi une façon d'évacuer mon chagrin. C’est  aussi un signe d’hyper-sensibilité et d'humanité.

La vie est parfois dure. Mon ami Jean Marie est parti emporté trop tôt par la maladie.

Perdre un ami fait partie de ces moments qu’on ne voudrait pas vivre.

Perdre un ami, c’est une véritable souffrance.

Perdre un ami, c’est une grande blessure narcissique.

Perdre un ami, c’est perdre un peu de soi aussi, parce que l’on s’est construit ensemble. Avec lui, ce sont des années qui s’en vont, un chapitre de ma vie qui se referme.

L’amitié  tient chaud.

Jean Marie était un garçon admirable.

Jean Marie a quitté ce monde après s'être battu pendant 9 mois contre cette saloperie de maladie qu'est le cancer.
Il y a moins d’un an il découvre qu'il est atteint d’un cancer. Suivra 8 mois de combat, 8 mois de plaquettes, chimio et autres... 
Jusqu’il y a peu, il s'est battu avec une force et un espoir incroyable. Cette force et cet espoir, je l’ai vu aux obsèques de René où là encore Jean Marie, en tenue de sortie des pompiers, accompagnait un compagnon pour son dernier voyage. Quel courage ! Quelle abnégation ! Quel exemple ! Malheureusement, j’avais beau espérer, tu es bel et bien parti. 
Mais avant de partir toi le passionné d’histoire, tu n'as dédicacé le livre sur Lièpvre. Cette dédicace est précieuse pour moi, quel honneur Jean Marie m’a fait là, toi l’ami, le compagnon d’armes.

Mes yeux pleurent ce soir et mon cœur saigne et en ce triste jour, j’ai une pensée pour toi Marianne et tes enfants. Quand à toi Jean Marie merci de m’avoir fait l’honneur d’être ton ami.

18:41 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

cher Denis, cher amis,

je pleure aussi de temps en temps, mais je me console de savoir que je ne suis pas le seul. La vie est injuste, très souvent injuste, mais ce qui me console c'est qu'un jour quant je quitterai ce monde, un blogueur, un ami... comme toi aura une pensée pour moi,

merci pour ce moment de partage d'humanité !

Fabien Becker

Écrit par : becker | 20/03/2012

Les commentaires sont fermés.