Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/07/2012

le top 5 des regrets

regrets.jpg

Une infirmière australienne en soins palliatifs a consigné dans un livre les 5 regrets les plus récurrents formulés par ses patients en fin de vie.

Elle s’est rendue compte que les patients exprimaient souvent les mêmes regrets alors qu’ils approchaient de la fin. Elle en a tiré de sages enseignements qu’elle a consigné dans un livre intitulé  "Le top 5 des regrets des personnes mourantes". 

Voici donc ce top 5, de quoi réflechir.

N°1 : J’aurais aimé avoir le courage de vivre ma vie comme je l’entendais, et non la vie que les autres voulaient pour moi...

C’était le regret le plus courant. Quand les gens réalisent que leur vie est presque finie, ils portent un regard clairvoyant sur leur passé, et ils voient alors combien de rêves ils n’ont finalement pas réalisés. La plupart des gens n’ont pas accompli la moitié de leurs rêves, et sont morts en sachant que cela était dû aux choix qu’ils avaient faits ou non. La santé est une liberté dont bien peu de gens ont conscience jusqu’à ce qu’ils n’en disposent plus .

N°2 : J’aurais aimé ne pas m’acharner autant dans le travail..

Ce souhait a émané de tous les patients masculins que j’ai soignés. Ils regrettent de ne pas avoir davantage présents durant la jeunesse de leurs enfants ou auprès de leur conjointe. Les femmes évoquent aussi ce regret, mais pour une bonne partie de la vieille génération, beaucoup de mes patientes étaient encore à la maison.

N°3 :   J’aurais aimé avoir le courage de dire mes sentiments...

Beaucoup de gens taisent leurs sentiments afin d’éviter le conflit avec les autres. En résulte qu’ils s’installent dans une existence médiocre et ne deviennent jamais ce qu’ils auraient pu être. A cause de cela, beaucoup d’entre eux développent des maladies liées à leur amertume et leurs ressentiments. 

N°4 : J’aurais aimé rester en contact avec mes amis...

Souvent, les patients ne réalisent pas tout ce que peuvent leur apporter leurs vieux amis jusqu’aux dernières semaines de leur existence. Quand ils s’en rendent compte, il est souvent trop tard pour retrouver leur trace. Souvent, certains sont tellement pris par leur propre existence qu’ils ont laissé filer de précieux amis au fil des années. Beaucoup regrettent de ne pas avoir donné à leurs amis le temps qu’ils méritaient .

N°5 : J’aurais aimé m’autoriser à être plus heureux...

C’est un regret étrangement récurrent. Beaucoup ne se sont pas rendus compte durant leur vie que la joie est un choix. Ils sont restés rivés à leur comportement habituel et leurs habitudes. Ce que l’on appelle "le confort" de la familiarité a éteint leurs émotions et leur vie physique. La peur du changement leur a fait prétendre qu’ils étaient heureux ainsi, alors qu’au fond, ils rêvaient de pouvoir encore rire ou faire des bêtises dans leurs vies.

08:10 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Souvenirs et espérances ...

Mon Dieu !... que les souvenirs font chauds au cœurs ...

Souvenir d'un Val de Lièpvre du plein emploi ... Souvenir de villages où il faisait bon vivre ... Souvenir d'une vie associative débordante et sans concupiscence.... Souvenir de ce temps où l'argent n'était pas le seul roi ... Souvenir de ces années où la jeunesse n'était pas condamné à l'exil... Souvenir des Naudo et autre Baumann, derniers hommes politiques "tenant la route" ...

Ah !... comme nous l'aimons cette vallée d'alors.

Et toi pauvre sœur Espérance .... Mais de quoi peux-tu encore nous faire rêver dans ce Val d'Argent ?

Vallée où la " fête " à remplacer le " travail " ... Où nos édiles sont plus hommes de parade qu'hommes politiques.

Quelle est donc l'espérance de la jeunesse de ce Val, où un piètre tourisme voisine avec un quart monde en plein développement ?

Hé oui !... accusez-moi d'être défaitiste. Et pour mieux vous entendre, je ferai comme vous, messiers et mesdames les bourgmestres... je mets la tête dans le sable.

Écrit par : Geldmine | 25/07/2012

Les commentaires sont fermés.