Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2013

Agir

sanglier du 07 02 2013.jpg

Hier matin, quelle ne fut pas la surprise des gamins se rendant à l’école, une jeune laie gisait sur le trottoir juste "aux quatre routes" à Lièpvre. Elle a été certainement percutée par une voiture et a terminé son agonie sur le bord de la route. Une âme charitable l’avait couverte de sacs plastique. Derrière ce fait divers, je me pose quand même pas mal de questions. Si les sangliers  descendent au village c’est que la population est relativement importante. Coté mairie il serait grand temps de demander une battue administrative non ? Mais avant, le maire devrait ramener ce problème au niveau intercommunal et organiser plusieurs battues sur l’ensemble de la vallée. Si ce n’est pas possible, le faire au moins de concert avec Kinthzeim et Rombach même si ces derniers sont un peu fâchés contre lui pour des histoires de dos d’ânes. Il faut AGIR ! Que se serait-il passé si cet animal avait fait 100 kilos et n’avait été que blessé ? Va-t-on attendre qu’un gamin se fasse attaquer en plein jour pour un animal sauvage dangereux ? En matière d’animaux dangereux, le maire peut agir selon deux voies : une voie générale et une voie spéciale. 

Par  la voie générale, prévue à  l’article L.2212-2 du CGCT, "La police municipale a pour objet d’assurer le bon ordre, la sureté, la sécurité et la salubrité publique. Elle comprend notamment le soin d’obvier (prevenir un  mal) et de remédier aux évènements fâcheux qui pourraient être occasionnés par la divagation des animaux malfaisants ou féroces" . Cette disposition est une survivance de l’époque où l’on croisait des loups et des ours dans les campagnes. 

Commentaires

Un chauffeur de bus scolaire souhaitant garder l'anonymat (il habite cependant Lalaye) aurait vu la laie boire l'eau de la fontaine située près de la mairie vers 7h30. Aïe! Aïe! Aïe!
Bon, un ex-ferrailleur allait parfois remplir ses bouteilles d'eau à cette fontaine. Il n'en est pas mort mais ça c'était avant, du temps de Naudo entre autres.

Écrit par : Berni | 09/02/2013

Arf, pauvre chauffeur, il va ce retrouver sans domicile fixe maintenant, vu qu'il habite la laie (Lalaye) et qu'elle est morte !!! (j'avoue elle était facile, mais pourtant bien tentante mdr)

Il y a tellement de chasseurs dans le secteur . . . sans vouloir les toucher (sans jeu de mots), encore une histoire d'argent et de profits, plus on met de gibier sur le marché et moins il coûtera. Donc pertes pour . . .

Écrit par : Steve | 09/02/2013

Y a t-il plus de sangliers que de chasseurs? Tout le monde est d'accord pour dire qu'il y en a de trop et qu'il faut plus de battues mais il semblerait que les chasseurs n'y tiennent pas trop. Plus le cheptel est important plus la chasse est intéressante. Plus il y a de bêtes dans la harde, plus grandes sont les chances d'abattre une bête en tirant en plein milieu de la harde! L'idée de Denis est bonne encore faut-il la mettre en application! Et pouquoi pas, au cas où celà marcherait, des lasagnes ou des hachis parmentier à la viande de sauvages cochons made in Val d'Argent? Et pour les amoureux de la forêt: moins de sangliers = plus de chances de voirs des glands! je n'ai pas dit glandeurs, ça on en trouve encore parfois par taches entières comme les champignons où le muguet.

Écrit par : Berni | 10/02/2013

Les commentaires sont fermés.