Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/08/2011

Anarchique

crack boursier.jpg

C'est bien là le problème. La bourse est devenue incontrôlable. "Libre", elle doit le demeurer. Mais doit-elle prendre la forme d'un outil pernicieux et socialement destructeur ? Ne peut-on pas au moins la freiner ? La remettre dans le bon sens ?
Qui va payer les retraites et les assurances vie si la bourse réinvente les règles du jeu à la vitesse de la lumière ? 
Qui gouverne les pays ces derniers temps ? Les hommes politiques ? Non, eux ce sont des "pompiers de service". Les financiers sont les véritables dirigeants de nos pays et de la direction de notre économie. Ils interviennent à tous les niveaux et ils sont suivis "de gré ou de force"... 
Les outils de la bourse sont bien trop incontrôlables et diaboliques. Qui les utilise et met en place les traquenards que l'on connait depuis moins d'un mois ? 
Des financiers ? Des mafieux ? Des groupes de pays ? Voire tous à la fois réunis en réseau ?
Il faut de solides moyens financiers pour influencer l'ensemble du marché en moins de 15 minutes.
Il n'échappe à personne, sauf aux médias, trop occupés de s'occuper des voyages à l'étranger des politiques, que chaque matin les places financières sont manipulées et pillées. 
Par hasard, toutes ces attaques ont lieu en plein été et sans aucune raison sérieuse, que la rumeur...
Rien ne justifie que les banques, toutes bénéficiaires, se retrouvent en un mois au niveau d'il y a 2 ans et demie, au moment où elles étaient déficitaires.
Il manque une "carrure" à la tête de notre pays et des pointures au sein du monde politique. Pour contrer les avancées technologiques de ce monde hypermédia, nous devons nous imposer des règles. A défaut de règles et de contrôles nous pourrions bien nous brûler les ailes... Et tomber lourdement !

18:34 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

02/08/2011

Début du ramadan

croise2.JPGComme chaque année, alors que le carême est volontairement et totalement passé sous silence dans l’actualité, le ramadan qui débute aujourd’hui est annoncé en boucle dans tous les médias, à toute heure et sur toutes les ondes. L’islam est-il devenu religion d’État en France ?
Notre pays compte pourtant encore plus de 50 % de baptisés et il est essentiellement de racines et de traditions chrétiennes.
Cette sur médiatisation du ramadan, loin d’être le fruit du hasard, s’inscrit dans un processus toujours plus croissant de déchristianisation-islamisation de notre société, tout cela, bien sûr, au nom de la  "laïcité positive" chère à Monsieur Sarkozy.
Cette "laïcité positive" qui permet la multiplication des mosquées-cathédrales et le blocage illégal de rues parisiennes par des musulmans pour y prier. Cette "laïcité positive" qui supprime le porc dans certaines cantines et impose la viande hallal dans certains restaurants. Cette "laïcité positive" qui hurle lorsque des tombes et édifices musulmans sont profanés mais qui se tait immédiatement lorsque de mêmes exactions frappent les chrétiens !
Tout cela n’est pas étonnant de la part d’une classe politique inconsciente et suicidaire qui est allée jusqu’à refuser toute référence aux racines chrétiennes de l’Europe dans la  Constitution européenne. Heureusement il reste encore des gens pour défendre notre religion et notre patrimoine, je fais partie de ceux là.

19:24 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

28/07/2011

10 indices pour comprendre comment la Grèce en est arrivée là

grecque.jpg

1. Le métro d’Athènes est climatisé et offre des écrans plasma pour distraire les voyageurs. Et il est gratuit pour les cinq millions d’habitants de la capitale. Plus exactement, il ne l’est pas, mais comme il n’y a pas de barrière pour empêcher les usagers sans ticket de passer, rares sont les passagers qui se soucient d’acheter leur billet. C’est le contribuable européen qui a payé le métro athénien qui a coûté près de 1,7 milliard d’euros.
2. Le salaire moyen des employés de la compagnie nationale ferroviaire grecque est de 70.000 euros, ce qui englobe les ouvriers et les agents de nettoyage des trains, et qui représente le triple des employés du secteur privé grec.
3. Par ailleurs, le chiffre d’affaires annuel de cette compagnie est d’environ 90 millions d’euros, pour une masse salariale de près de 575 millions d’euros annuels, ce qui a même fait ironiser un politicien grec qui a remarqué qu’il eut mieux valu payer des taxis privés pour les déplacements des passagers.
4. En une décennie, la masse salariale du secteur public a doublé.
5. Plus de 600 professions bénéficient d’une retraite à 50 ans, avec une pension correspondant à 95% du salaire de la dernière année, en raison de leur caractère « ardu et périlleux ». Ces professions englobent les pâtissiers, les animateurs de radio, les coiffeurs et les masseurs des bains turcs.
6. Les déclarations d’impôts sont rédigées par les contribuables eux-mêmes, et sont rarement vérifiées. Ainsi, seuls 5000 personnes sur un pays de 12 millions d’habitants admettent gagner plus de 100.000 euros annuels. Or, plus de 60.000 foyers grecs détiennent pour plus de 1 million d’euros d’investissements, sans parler des montants investis à l’étranger. Beaucoup de contribuables grecs affirment ne gagner que 12.000 euros annuels, même lorsqu’ils possèdent des bateaux, des résidences secondaires sur des îles grecques et des propriétés à l’étranger.
7. Lorsque le percepteur s’en agace, ils lui remettent une « fakelaki », une enveloppe contenant des espèces. Il existe même une sorte de tarif informel qui vont jusqu’à 10.000 euros pour les foyers les plus riches (il se dit que la famille grecque moyenne paye 2.000 euros par an).
8. Les grands armateurs grecs, les plus riches de la banlieue riche de Kifissia, sont exonérés d’impôts, en raison des bénéfices qu’ils sont supposés apporter au pays. Mais les chantiers navals sont maintenant vides, seules 500 personnes restent pour entretenir les navires des compagnies maritimes déclinantes.
9. Seulement 300 résidents de la Kifissia (une banlieue riche d’Athènes) ont admis détenir une piscine. Le vrai chiffre est estimé à 20.000.

10. Au total, ces évasions fiscales coûteraient au pays la somme de 45 milliards d’euros à l’année.

Maintenant il va bien falloir rembourser la dette grecque et on connaît déjà la solution, une fois de plus c’est nous qui allons racker !

19:44 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

08/07/2011

La revanche du Franc ?

50 frs.jpg

C'est une folie a dit Sarko..."Ceux qui proposent la sortie de l'euro proposent rien moins que de doubler ou tripler la dette", a-t-il estimé. 
Mais au fait, pourquoi et par quel mécanisme ?
J'aimerais qu'un vrai économiste me fasse la démonstration d'A+B pour valider cette hypothèse tellement soutenue par la plupart des gens, y compris par Sarko...
Bon je propose un petit raisonnement qui va un peu à l'encontre de cette thèse.
Supposons qu'on quitte l'euro zone en fixant par exemple le jour de la sortie: 1 franc = 1 euro.
Sachant que la France est un poids lourd de l'euro zone contrairement à la Grèce ou au Portugal...Si la France abandonne l'euro, il y a de très fortes chances pour que les marchés soient très hostiles dès le lendemain de la sortie, à l'euro...qui du coup dévisserait très probablement dans les marchés des changes par rapport aux autres monnaies...y compris par rapport au franc ! Donc 1 franc vaudrait très probablement plus que 1 euro !
De plus, l'Allemagne, l'autre "poids lourd" de l'euro zone, quelle va être sa réaction si la France venait à abandonner l'euro ? Probablement elle suivrait la France...car après tout pourquoi elle resterait toute seule (comme poids lourd de l'euro zone et aussi du coup comme une conne!) à soutenir la monnaie, l'euro zone ?
Et si elle aussi se met à abandonner l'euro et bien ce sera alors la fin de l'euro.
Conséquence sur le fameuse dette:
Si j'ai bien compris notre dette est actuellement libellée en euro, n'est-ce-pas ?
Alors si l'euro dévisse suite à la sortie de la France de l'eurozone, qu'adviendra-t-elle, cette dette ?
Serai-t-elle plus élevée qu'avant la sortie comme soutient Sarko par exemple...ou chuterait-elle, elle aussi, consécutive à la chute très probable de l'euro ? (ce qui serait juste normal!), personnellement je pense plus plausible cette dernière version...D'où TRES PROBABLEMENT notre dette diminuera elle aussi suite à notre sortie de l'euro...Ce qui est une TRES BONNE NOUVELLE du coup ! Non ?

19:10 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

06/07/2011

La France ferme les yeux

canabis.jpgPOURQUOI quand une chaine TV parle de lutte contre la délinquance et le cannabis elle occulte le fait que des agriculteurs cultivent le cannabis en toute impunité au MAROC alors que le Gouvernement Français est au courant ???
Ce week end j'ai vu un reportage sur le trafic de drogue et les ventes d'armes par les caïds de banlieues. Edifiant ! Quand à la police on sent bien qu'elle est "muselée". J'y ai appris que le MAROC est le premier producteur de cannabis au monde. La culture du cannabis se concentre principalement dans la région du RIF. Le MAROC produit plus de 3 000 tonnes de cannabis par an, il est le principal fournisseur du marché français. "Paris et son agglomération absorbe 6 tonnes par semaine", selon un policier. 
Le cannabis, cultivé dans le RIF sur quelque 100 000 hectares à raison de deux à trois récoltes par an, ferait vivre un million de familles marocaines. Il arrive via l'Espagne où malgré les efforts des policiers les trafiquants continuent à s'approvisionner. 
Aujourd'hui le gouvernement français parle d'une lutte contre le cannabis qui a investi toutes les banlieues de FRANCE. 
On nous parle de lutte mais il y a t'il vraiment une lutte ou alors une complaisance envers le MAROC !!! 
POURQUOI la FRANCE, l'EUROPE ne font pas pression sur le MAROC pour qu'il éradique la culture du cannabis dans le RIF ? 
Se moque-t-on de nous ? 
Le trafic lié au haschisch génère des chiffres d'affaires vertigineux. 
Qui sont les trafiquants ? "Le grand banditisme international, c'est terminé. On a à faire à des bandes organisées dans les cités. Ils commencent par des braquages pour réunir la mise de fonds nécessaire à l'achat de la drogue en grande quantité", explique un policier spécialisé selon lequel les trafiquants réinvestissent de plus en plus l'argent à l'étranger, notamment au Maroc. 
Qui est complice du laisser faire ? 
ALORS que les USA hésitent pas à financer le désherbage les cultures de coca des Pays d'Amérique du Sud et l'aide aux agricultures pour leur reconversion dans d'autres cultures: La FRANCE ferme les yeux sur la culture du CANNABIS au MAROC. 
Sacrifier la santé des jeunes français et fermer les yeux sur l'économie souterraine des délinquants des cités pour permettre à certains de s'enrichir: c'est une vision que je ne partage pas ..

18:50 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)