Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2011

Le pot aux roses

dsk1.jpgOu les dessous nauséabondes de l'affaire DSK

La "Victime " va être accusée à son tour pour les délits commis : elle risque gros !
C'est au cours des dernières semaines que les enquêteurs ont mis au jour le passé douteux de Nafissatou Diallo. Ses liens avec des personnes impliquées dans le trafic de stupéfiants ou le blanchiment d'argent sale ont commencé à éveiller les soupçons. En creusant un peu plus, les enquêteurs ont découvert que la femme de chambre aurait perçu 100 000 dollars sur son compte bancaire au cours des deux dernières années. Arrivée aux Etats-Unis en 2002 de Guinée, son pays d'origine, elle aurait aussi menti à propos de sa demande d'asile. 
Plus récemment, lors d'une conversation téléphonique avec un dealer, «elle aurait posé la question de l'intérêt de poursuivre ou non ses les accusations» contre DSK, 24 heures à peine après le début du scandale. Une conversation enregistrée par les enquêteurs new yorkais. 
Elle a d'abord nettoyé une chambre voisine
Plus grave pour elle, la plaignante a finalement reconnu avoir menti devant le grand jury et sous serment sur ce qu'il s'est passé juste après son agression présumée dans la suite 2806 le 14 mai. Au lieu de se réfugier dans le couloir du 28e étage de l'hôtel, où se trouvait la suite 2806 de DSK, et d'attendre que son agresseur présumé sorte pour en parler à un supérieur, elle a d'abord "nettoyé une chambre voisine, puis est retournée dans la suite de DSK avant de rapporter l'incident", écrit le bureau du procureur dans un communiqué. Quand à Marine Le Pen, il ne lui reste plus qu'à presenter des excuses publiques pour les propos qu'elle a tenu au mépris de la présomption d'innocence et quitter définitivement la vie politique s'il lui reste un peu d'honneur.

08:15 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

04/06/2011

Va bien falloir un jour ouvrir les yeux

immigration.gifVu dans le Figaro

L’école peine désormais à intégrer les enfants d’immigrés, affirme le Haut Conseil à l’intégration (HCI) dans un document de travail que Le Figaro a dévoilé et qui sera remis au gouvernement en novembre. Durant plusieurs mois, le HCI a rencontré des professionnels de l’Education nationale et s’inquiète de voir l’espace scolaire fortement exposé aux tensions ethno-culturelles. (…) Elle est aujourd’hui le lieu de revendications nouvelles qui ressortent de l’expression du communautarisme, d’une identité religieuse, voire, au rejet de la culture et des valeurs de la République française.
L’intégration par l’école "ne va plus de soi". Car les élèves d’origine étrangère se trouvent concentrés. Alors qu’ils représentent 20% de la jeunesse française, ils constituent 57% des mineurs en Seine-Saint-Denis, 41 % à Paris, 40% dans le Val-de-Marne et le Val d’Oise.
Cette surreprésentation dépasse les 60% dans vingt communes, pour l’essentiel en Ile-de-France. En 2005, en Seine-Saint-Denis, un jeune sur cinq est d’origine maghrébine et plus d’un sur six est originaire d’Afrique subsaharienne. Cette concentration de jeunes issus de l’immigration est encore plus forte à l’échelon communal, et dans certaines villes comme Clichy-sous-Bois, Aubervilliers ou La Courneuve, les trois quart de la jeunesse est d’origine étrangère.

10:51 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

28/04/2011

Même la télé ment !!!

sommes-manipules-sondages-L-1-320x240.jpgPourquoi TF1 ne nous dit pas la vérité ? Ou pire encore pour une télé, c’est de la désinformation.

TF1 a diffusé mardi 19 avril à 20 h, dans le journal de Laurence Ferrari, un reportage présenté comme exclusif sur la vie quotidienne de Benoît XVI. Mais, selon le site internet “Benoît et moi”, ces images, datant de 2007, ont déjà été diffusées sur la RAI Uno, télévision publique italienne.
Laurence Ferrari a déclaré :
"Le Pape a ouvert pour la première fois les coulisses du Vatican à une équipe de TF1. Des images exceptionnelles, dans l’intimité du Souverain Pontife. Reportage de Maurice Olivari"
Béatrice du site Benoît-et-moi, a l'oeil :
"le deuxième secrétaire du pape présenté dans ces images est Mgr Mieczyslaw Mokrzycki. Ex-second secrétaire de Jean-Paul II, il n’est plus en fonction auprès du pape depuis le 16 juillet 2007, date à laquelle il a été nommé évêque coadjuteur de Lviv (Ukraine). Par ailleurs, l’une des assistantes du pape, visible à l’image, est décédée à l’automne 2010.
Les images sont issues d’un reportage tourné en 2007, et diffusé le 27 avril 2007 sur RAI Uno, à l’occasion du second anniversaire du Pontificat.

J’ai du mal à comprendre ce mensonge mais j’ai l’œil beaucoup plus critique maintenant vis-à-vis de TF1

08:27 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

24/12/2010

Noël

pain depice.jpgNoël c’est une fête spirituelle, ce qui est assez rare dans notre monde moderne orienté surtout vers le système de consommation. Bien que ce soit une fête religieuse Noël est aussi un symbole. Un symbole de paix et de réconciliation, c’est aussi une fête exceptionnelle qui n’a nulle part au monde son pareil, ou tout redevient possible et, ou même les ennemis ont une chance de se réconcilier. Elle a ses propres ambiances, ses arômes ses traditions et occupe une place primordiale dans mon cœur. L’image qui illustre mon propos me rappelle celle qu’il y avait sur les pains d’épices que je recevais le soir de Noël. Derrière cette image, mes Noël de gosse me reviennent en mémoire. Mémoire aussi de tous ceux qui nous ont quitté, hé oui les Noëls tristes existent aussi. J'ai aujourd'hui une pensée émue pour Marie Rose.

J’en profite pour souhaiter un joyeux Noël à tous les lecteurs de ce blog. Vous  qui, de plus en plus nombreux, me faites part de vos  remarques, impressions, informations et surtout encouragements.  

Que cette période de Noël vous apporte joie et sérénité ainsi qu’à toute votre famille.

Joyeux Noël à tous

08:43 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

15/09/2010

un policier de la BAC témoigne. TERRIBLE !!

emeute.jpg"Il faut arrêter de verbaliser le citoyen lambda et s'attaquer aux caïds"

"Nos collègues de Grenoble ont leur nom et prénom tagués sur les murs du quartier de la Villeneuve. Et la seule réponse du ministère, c'est de les mettre au repos ou de les muter. Je suis dans la BAC depuis 10 ans. Aujourd'hui, je suis écoeuré. Une fois encore, on se couche devant les caïds. On nous a donné l'ordre de ne plus patrouiller en civil, de remettre nos uniformes pour ne pas être identifiés comme un flic de la BAC. C'est désastreux pour l'image. Les petits caïds se disent dans leur tête que les flics ont peur, qu'ils reculent. Parmi les policiers exfiltrés, il y a un major à deux mois de la retraite avec 15 ans de BAC derrière lui. C'est la honte." 
 "On se fout de la gµeule des flics, on nous prend pour de la chair à canon. Quand on pense que Sarko avait promis de karcheriser les cités ! La hiérarchie fait tout pour minimiser la gravité de la situation. Personne ne sait ce qu'est devenu l'agent de sécurité qui a failli prendre une balle. C'est l'omerta. Heureusement, l'info circule entre nous, via les portables."
 "Mon métier, c'est de protéger les biens et les personnes. Pas de me faire tirer comme un lapin par un crevard de cité. Notre véhicule affiche plus de 100.000 kilomètres au compteur, à l'intérieur, le chauffage est bloqué. Voilà l'état de la police aujourd'hui, en tout cas de la sécurité publique, dont je fais partie. Rien ne fonctionne normalement, ni les voitures, ni les ordinateurs. Certains ont des gilets pare-balles périmés." 
 "J'entends certains dire il faut envoyer l'armée. Qu'on nous laisse agir, et ça ira très vite. Ce n'est pas une vingtaine de petits caïds qui vont faire la loi. Ces derniers jours, avec les renforts qui ont débarqué, les types se tiennent à carreau. Hormis quelques marioles qu'il faut savoir calmer. Hier, on est tombé sur un crevard de ce genre. Le type était au téléphone quand on s'est approché pour le contrôler. Je m'adresse à lui en le vouvoyant pour lui demander de mettre fin à sa conversation téléphonique, il me répond en me tutoyant : "Tu es qui toi pour me demander de m'arrêter de téléphoner. Personne ne me contrôle ici." Il a pris direct deux pièces de cinq francs (des gifles). Après, il nous disait : "Bonjour, merci et au revoir." Bien sûr que je me mets hors clous en agissant ainsi. Mais pourquoi devrait-on baisser la tête ? Si tous les flics agissaient ainsi, les problèmes seraient vite réglés. Pour moi, ça, ce n'est pas une bavure, c'est une démarche citoyenne. Il faut arrêter de verbaliser le citoyen lambda et s'attaquer aux caïds, aux dealers, aux braqueurs. Quand un jeune de 20 ans roule dans une X6 qui coûte 120.000 euros et qu'il ne travaille pas, c'est à lui qu'il faut confisquer la voiture sur le bord de la route." 
"Il faut que la population sache que les policiers n'ont pas peur d'entrer dans les cités. Si nous n'y allons pas, c'est que nous avons ordre de ne pas y aller. Aujourd'hui, la hantise des autorités, c'est la bavure, l'émeute, l'embrasement. Mais à force de reculer, de renoncer, on arrive à des situations comme aujourd'hui. Un jour, on se réveille, c'est trop tard, c'est l'effet boomerang. Je ne crois pas que les conseillers de Sarko lui disent la vérité sur ce qui se passe. Il faudrait que tous ces délégués à la sécurité, préfets ou autres viennent tourner une nuit avec la BAC pour voir l'étendue des dégâts. On dit ici qu'un flic du Raid a eu dans la jumelle de son fusil un voyou perché sur un toit avec un lance-roquettes. Et qu'il n'aurait pas reçu l'ordre de tirer. Si j'avais été à sa place, j'aurais appuyé sur la détente. Et cela ne m'aurait pas empêché d'aller manger une pizza après. Est-ce qu'on attend qu'il pulvérise un fourgon de flic ?"
"Les flics vont se mettre à tirer. S'ils ne l'ont pas encore fait, c'est parce que la peur de perdre leur boulot est plus forte. Mais les flics en ont ras le bol. Après 15 ans de police, sans le moindre problème, je me suis retrouvé du jour au lendemain mis en garde à vue, perquisitionné à mon domicile parce qu'un crevard de cité, multirécidiviste, m'avait accusé de l'avoir agressé. Ce qui était faux. Mon service de nuit à peine terminé, je me suis retrouvé en garde à vue, puis mis en examen par le doyen des juges d'instruction. Pourtant, je suis un des flics les plus décorés de ma génération. Le doyen en question qui n'avait jamais mis les pieds dans un commissariat, ni même dans une voiture de flic m'expliquait comment il fallait que j'intervienne sur la voie publique. J'ai été suspendu durant neuf mois, privé de salaire. Je vivais avec 300 euros par mois. Si je ne suis pas mis une bastos dans la tête, c'est parce que mes proches m'ont soutenu. Au bout du compte, j'ai été relaxé par le tribunal. La parole d'un flic aujourd'hui ne vaut rien. Ni devant un jeune de cité, ni devant un juge, ni devant un élu. Le flic est un sous-citoyen."

 

Voilà la situation en France et notre président qui voulait nettoyer cette racaille au karcher, qu'à t'il fait ? Sa responsabilité est grande. Là il s'en prend aux Roms, facile d'aller contre ses gens et en plus ils sont chrétien. Quand s'en prendra t-il aux banlieues zone de non droit?

19:44 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)