Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2010

La fin du photovoltaïque?

photovoltaique.jpgDe plus en plus de propriétaires installent des panneaux photovoltaïques sur les toits de leurs maisons. Il y a fort à parier que dans les prochains temps les pompiers rechignent à intervenir. La raison : les risques d’électrocution par le courant venant des panneaux.
EDF, selon ces nouveaux tarifs, s’engage à  racheter l’énergie des particuliers à un tarif de 0,58 euros pendant 20 ans. Grâce à cette incitation, il y aurait environ 580 000 installations photovoltaïques rien qu’en Allemagne (beaucoup moins en France, de l’ordre de 40 à 60 000).
Mais en cas d’incendie, les maisons individuelles équipées de panneaux risquent de ne pas être secourues. Deux exemples récents dans le nord de l’Allemagne ont vu les pompiers volontaires refuser d’intervenir sur un petit incendie. Ce qui aurait pu rester un incident faisant des dégâts mineurs avec une intervention, s’est transformé en un tas de cendres. Carsten Pix, le secrétaire général de l’association des pompiers allemands, explique les dessous du problème.
Même quand on coupe l’alimentation du réseau lors d’un incendie, le courant continue de sortir des panneaux PV. Il y a des risques même lors d’une intervention nocturne : la lumière de nos lampes suffit à produire un courant dangereux.
A Steinburg, près de Hambourg, un accident a envoyé un pompier volontaire à l’hôpital dans un état grave. Depuis, les équipes hésitent à intervenir.
Selon les statistiques de l’association des assureurs allemands, environ 190 000 maisons individuelles sont touchées par le feu chaque année.
Nous n’avons pour l’instant que très peu de cas où les pompiers ont refusé d’intervenir à cause de la présence de panneaux solaires. Il n’est pas encore question d’augmenter les cotisations pour ce type d’habitations, rapporte Christian Lübke, porte-parole de l’association, qui se veut rassurant.
Mais la question est suffisamment sérieuse pour que les pompiers professionnels et bénévoles montent un groupe de travail sur le sujet. Ils veulent rédiger un guide pratique sur la sécurité en cas d’intervention sur des installations solaires. Si les pompiers professionnels disposent de lanceurs de mousse opaque qui peuvent couvrir les équipements PVIB (photovoltaïque intégré aux bâtiments), les bénévoles doivent en effet faire avec les moyens du bord. En attendant que les équipementiers sortent des produits plus sûrs.
Car certains fabricants proposent depuis peu des disjoncteurs qui coupent automatiquement l’alimentation des panneaux en même temps que celle du réseau. Selon Lübke, les assureurs étudient avec intérêt les avancées de cette technologie. Sans cependant donner d’indication sur la date à laquelle leur installation sera exigée.
La modification fin 2009 de la loi sur la promotion des énergies renouvelables a considérablement ralenti l’installation de panneaux PV sur les maisons individuelles. La mesure obligeant les producteurs à racheter l’électricité à prix fixé a été considérée "antisociale", puisque les producteurs répartissaient cette augmentation sur tous les consommateurs. Mais après ce premier coup donné par les autorités aux propriétaires écologiques, voir les pompiers risquer de ne plus intervenir en cas d’incendie risque de leur porter l’estocade !

20:05 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

12/08/2010

A quand l'interdiction totale de fumer ?

 

tabac.jpgUne proposition de loi visant à instaurer un paquet de cigarettes neutre, sans logos ni marques, sera déposée d'ici octobre, a annoncé hier à l'AFP le député Yves Bur qui souhaite ainsi renforcer la lutte contre tabagisme en France.

Les fabricants seraient contraints d'utiliser un paquet standardisé, de couleur sombre et sans logo, sur lequel figurerait le message sanitaire accompagné d'une photo montrant les dégâts du tabagisme, a indiqué le député UMP du Bas-Rhin, confirmant une information du Parisien.

Depuis l'interdiction de la publicité sur le tabac, le seul espace sur lequel les fabricants peuvent continuer à faire leur promotion sont les paquets eux-mêmes, a relevé M. Bur, qui souhaite "casser l'imaginaire" véhiculé par les marques.

Cette proposition est vigoureusement dénoncée par les fabricants, qui assurent que cela favoriserait la contrebande et aurait donc un effet inverse de celui recherché.

"Le marché sera inondé de contrefaçons, ce qui ne va qu'inciter et permettre aux jeunes de se fournir en cigarettes. Un véritable paradoxe alors qu'une loi interdit la vente de cigarettes aux mineurs", a estimé Yves Trevilly, porte-parole de la filiale française de British American Tobacco

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot avait indiqué en janvier 2009 qu'une telle mesure était à l'étude tout en notant que "l'impact d'une telle mesure (était) encore mal connu".

Voilà bien une surenchère aussi inefficace qu’inutile. La consommation de cigarettes a-t-elle diminué depuis l’augmentation des taxes sur le tabac ?

Et nouvelle idée lumineuse notre Roselyne nationale, elle souhaite ouvrir des salles de shoot où l'on pourra, entre autre, fumer du canabis !!! Le tabac non la drogue oui ....

Mais bon encore un écran de fumée qui n’empêchera pas que la rentrée soit chaude voir très chaude pour le gouvernement.

 

13:17 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

11/06/2010

un simple oubli......

oubli.jpgDans son article ″ Financement des retraites : l’enjeu des cotisations patronales″, Bernard FRIOT, professeur d’économie et sociologie à l’université Paris X, écrivait : 
On oublie toujours, quand on raisonne sur l’avenir des retraites, que le PIB progresse d’environ 1,6 % par an, en volume, et donc qu’il double, à monnaie constante, en 40 ans. C’est pourquoi nous avons pu multiplier par 4,5 les dépenses de pension depuis 1960.
Pourquoi une information aussi déterminante est-elle censurée ? 
Parce que tout simplement un petit calcul facile, montrerait que ceux qui nous gouvernent, nous prennent pour des demeurés. 
- En effet : si aujourd’hui 10 actifs produisent un gâteau de 100 et qu’ils ont à charge 4 retraités. C’est 14 personnes qui se partagent un gâteau de 100. Ainsi la part de chaque personne est de (100 : 14) soit 7,14. 
- Si dans quarante ans, 10 actifs produisent un gâteau de 200 et qu’ils ont à charge 8 retraités. Ce seront 18 personnes qui se partageront un gâteau de 200. Ainsi la part de chaque personne sera de (200 : 18) soit 11,1. 
C’est limpide ! Il sera donc possible de financer des retraites au même niveau qu’avant leurs réformes à remonter le temps. De plus, la part de gâteau restante pour l’investissement et l’élévation du niveau de vie sera bien plus importante en 2040.
Alors, où est donc le problème ? 
Pourquoi cet acharnement à détruire un système qui fonctionne bien ? 
Parce que notre système social mis en place par le Conseil national de la résistance en 1945, met en rage les hommes d’affaires et les financiers pour des raisons évidentes.
Par exemple, il leur est impossible de réaliser des plus values
boursières sur 40% de notre part salariale (les fameuses cotisations sociales patronales) qui payent notre retraite et notre santé, en toute dignité et responsabilité. N’oublions pas que ces cotisations sociales représentent notre salaire différé qui est le fruit de notre travail. Il ne s’agit ni d’assistanat ni de charité patronale comme le laisse entendre une mauvaise propagande.
Et c’est bien là que se situe tout l’enjeu de leurs réformes : le président Sarkosy et ses amis rêvent de faire main basse sur notre salaire différé. 
Pour s’emparer de cette
galette, leur stratégie consiste à réduire nos droits pour nous contraindre, une fois de plus et de plus en plus, à financer notre santé et notre retraite par des assurances privées.

 

19:39 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)