Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2010

ira , ira pas ?

carpe110.jpg

Ah à voir nos élus hésiter ainsi, on peut se poser des questions.

 Pour garder son label «pays d'art et d'histoire», la CCVA a l'obligation d’avoir  une exposition permanente et des expositions temporaires programmées toute au long de l'année. Pour cela il était prévu de réhabiliter une partie du site  Edler-Lepavec.  Le projet initial était à 2,8 millions, aujourd’hui avec la disparition de la TP, le voilà réduit à 1,3 millions. Mais bon faut quand même savoir ce que l’on veut ! Soit on y croit et on investit soit on y croit pas et on arrête. Mais là une partie de nos  élus ne savent pas faire. En plus certain ne voit pas plus loin que le bon de leur nez, c’est plus facile de fomenter un coup tordu ! Quant au maire de Lièpvre, sans un mot, sans intervenir dans le débat, telle la carpe, il plonge au fond du lac pour y passer l’hiver. Rendez-vous au printemps !

C’est un  peu comme avec la SEM souvenez-vous : "sors de ce corps Marcel"

On crache au bassinet mais on ne fait pas grand-chose pour redresser les comptes futurs  ni pour l’emploi. Maintenant que la comcom est actionnaire elle devrait développer l’activité et ne plus gouverner avec le nez sur le rétroviseur mais en regardant l’avenir en face. Mais çà non plus nos élus ne savent le faire. Comment ? Mais en défrichant de nouvelles pistes de profit et en diversifiant l’activité. Il serait plus que temps de développer de nouveaux  textiles, plus technique plutôt que de faire "comme on a toujours fait". Et comme dirait Alexander Graham Bell "ne marche jamais sur le chemin tracé, car il te mène que là où d'autres sont allés" et pour le textile, on sait ou mène le chemin.

 

19:16 Publié dans comcom | Lien permanent | Commentaires (0)

17/09/2010

Jean Luc revient en 2ème semaine

jlf.jpg2 semaines de suite nous avons eu droit sur TLVA à des explications de Jean Luc Frechard.

Première semaine, il tente de nous expliquer l’hémorragie du personnel de la comcom. Le chargé du développement du tourisme, celui du patrimoine, du développement économique, du gerplan, la directrice de la médiathèque, sans compter les départs en retraite, ça fait quand même beaucoup. Là d’un aplomb maintenant coutumier, Jean Luc  nous explique que tous ces départs sont le fait d’opportunités de carrière. Ah  bon ! Ok mais alors ça veut aussi dire qu’il n’y a pas d’évolution de carrière quand on vient dans le val d’Argent ?

Moi, tous ces départs m’inquiète. Pourquoi ? Et bien tout simplement  parce que les partants ont certainement peur pour leur avenir. D’autant plus que Jean Luc nous explique qu’il va très certainement augmenter les impôts à cause de la suppression de la taxe professionnelle. Nos partants en savent-ils plus que ce que le président a bien voulu nous dire ? Une autre chose qui est passée sous silence c’est les trois licenciements du côté de l’office de tourisme. Passé aussi sous silence les affaires en cours aux prud’hommes. Attendons la suite et préparons nos portes monnaies.

Deuxième semaine, il nous explique les rond- points  en sortie de déviation. La signalétique où les visiteurs qui viennent dans la vallée se perdent dans les voies sans issues en cherchant un hôtel ou un restaurant qu'ils ne trouveront jamais. Par contre la colère des hôteliers restaurateurs est parfaitement justifiée. Celui que je plains le plus c’est l’hôtel  restaurant du tunnel. Tout simplement parce qu’aujourd’hui son hôtel est invendable, mais ça n’a pas l’air d’émouvoir plus que çà nos politiques !

 

11:42 Publié dans comcom | Lien permanent | Commentaires (0)

15/06/2010

Sors de ce corps Marcel !!!!

jlf prie.jpg
Photo DNA

 

C’est ce que je me suis dit en voyant la photo ci-dessus. J’ai cru que le fantôme de Marcel Boussac avait pris le contrôle du corps du président de la comcom. Jean Luc Fréchard se lance donc dans le textile en devenant le président de la Cène ou SEM, je sais plus très bien….. Avec ses douze apôtres (communautaires) il va nous faire des miracles. Là ou d’autres ont échoué, il va réussir, soyons en sûr. Et le voici donc sur son chemin de croix à proposer aux pèlerins de passage à Tellure, retransformé pour la circonstance en galerie marchande de la grotte de Lourdes, kelsch, toiles de coton et autres reproductions du linceul de Turin. Va falloir en vendre beaucoup et trouver de nouveaux pélerins ! Chaque jour qui passe le voilà donc condamné à remettre 100 fois son ouvrage sur le métier. Quel courage et là je suis sincère et je le pense vraiment. Je m’inquiète quand même, peut-être à tort, des futurs déficits et cumulés à d’autres, arriverons nous à faire face à tout cela ? La réponse dans un an. Quant à notre Marcel cantonal, je lui souhaite bonne chance dans sa nouvelle aventure et promis si çà foire, contrairement à certain (s) Iscariote godillots qui ont validé la création de la SEM, je ne le clouerai pas sur la croix.

18:50 Publié dans comcom | Lien permanent | Commentaires (0)

02/06/2010

Le coût d'un emploi

1 796 000 € soit 11, 8 millions de Francs ! Fichtre jolie somme  pour faire revivre le site "Alplast"!

C’est le prix que nous allons payer pour la création d’un certain nombre d’emplois. Jean Luc Frechard nous parle d'une centaine emplois  que pourrait créer la société GEPROM, chiffre qui me parait surestimé, d’autres, plus réalistes, nous parlent de 25. Cela fait donc 71 840 € par emploi créé(en prenant la fourchette basse). Oups vu comme çà, ce n’est pas donné surtout qu’il y a peu, nos délégués ont négligé la sauvegarde (gratuite) de 40 emplois, emplois que proposait une entreprise qui vient d’investir plus de 4 millions d’euros sur la zone industrielle de Lièpvre.

Pour ma part je suis aussi content de ces futurs emplois bien que j'ai quelques doutes et comme Saint Thomas, j'attends de voir. L'avenir de notre vallée passe par le développement d'emplois industriels. Je trouve juste dommage qu’aucun délégué n’ait pas plus creusé la chose. A-t-on des garanties de redémarrage d’activité ? Si oui combien d’emplois pour les gens de la vallée ? Existe t'il un busness plan?

Et à  voir la mine réjouie de nos délégués par ces futurs emplois industriels, on en viendrait presque à douter lorsqu’ils nous prévoyaient, il y a peu, un gisement énorme d’emplois dans le tourisme.

 

Pour connaître un peu plus la société GEPROM

20:22 Publié dans comcom | Lien permanent | Commentaires (0)