Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/08/2009

Insuffisant à dit le liquidateur !!!!

anpe.jpgMAIS IL LUI FAUT QUOI  au liquidateur de Budelpack?

 

La société HARTMANN avait fait une offre de rachat à 500 000 € pour le site de Budelpack. Comme les choses trainaient, Hartmann a donc refait une seconde offre à 600 000 €. Le liquidateur les a trouvé insuffisantes et les a donc rejetées !

Il y avait aussi une offre d’une société tunisienne pour 1 millions d’euros soit 400 000 € de plus que Hartmann pour le rachat des machines et avec reprise des locaux.

Une société turc a aussi fait preuve d’intérêt mais sans plus. Les cadres de Budelpack voulaient eux aussi présenter un projet de reprise mais il a fait long feu. Tout celà a contribué à ce que Hartmann jette l’éponge dans cette triste affaire, les choses trainant trop en longueur.

600 000 € trop peu pour le liquidateur…. Ok, si on prend le chiffre brut mais dans l’offre que Hartmann avait fait, il y avait la reprise de 45 salariés ! Et çà n’a pas été valorisé !

Le coût salarial d’un ouvrier, charges comprises, se situe à environ  30 000 € annuel. Si on multiplie cette somme par 45, on arrive à la somme de 1 350 000 €. Et çà le liquidateur n’en a pas tenu compte. Résultats ces 405 emplois qui auraient pu être sauvés se retrouvent à pointer au pôle emploi. A 1200 € d'allocation chômage , fourchette basse, l’assurance chômage déboursera donc 648 000 € en une année pour ces 45 personnes. Et combien d’anciens de Budelpack vont retrouver un emploi cette année ?

Et si l’offre tunisienne part en fumé comme je le crains, on pourra dire qu’on a assisté à un beau gâchis.

Jean Luc Frechard s’est battu pour une reprise sérieuse malheureusement il n'a été que très peu soutenu. Du coté de la municipalité de Lièpvre, le soutien a été mou très mou pour ne pas dire inexistant. Çà en devient une fâcheuse habitude. Le plus triste de l’histoire c’est que le pauvre Robert et ses collègues vont avoir du mal à retrouver un travail dans notre vallée.....

A suivre.

15/07/2009

Mais qu'a donc le maire de Lièpvre contre les rombéchats ?

avanttravaux.JPG

avant les travaux

C’est la question qu’une habitante de Rombach le Franc m’a posé l’autre jour. On est en droit de se la poser lorsqu’on voit l’aménagement de la route de Rombach !

Que voulez-vous que je lui réponde ? En plus la route entre les deux villages était fermée de 22 heures à 5 heures du matin. Pour rejoindre son travail elle a dû faire un détour d’une vingtaine de kilomètres….

Tout d’abord le voilà qui affiche  au nez et à la barbe des rombéchats l'aisance financière de la commune en y collant une guirlande de candélabres tout le long de cette route. D’autre part, Il n’y a pas moins de 4 dos d’ânes sur  moins de 800 mètres. Si celui de l’école me parait justifié (mais mal placé), les autres, on peut se poser la question. Et la cerise sur le gâteau le rétrécissement au niveau de la maison "Guerre". Cet aménagement va vite devenir accidentogène. Le véhicule montant n' a que très peu de visibilité. Pourquoi avoir réduit la route à une seule voix à cet endroit ? A-t-il pensé aux cyclistes aux piétons, aux poids lourds et autres bus ? Il semblerait que du coté de Rombach le Franc la résistence s'organise. Une pétition est déjà en circulation. Il y a d'autres actions de prévues,  là je plains les riverains de ce rétrécissement.....

Si j'avais qu'un seul souhait à faire, ce serait qu'il n'y ai jamais d'accident mortel à cet endroit ni d edélocalisation de Dynamique Emballage car sa résponsabilité sera grande.

aprestravaux.JPG

après les travaux


01/07/2009

Hartmann jette l'éponge

Hartmann.jpgAprès plusieurs mois d’attentes et comme rien ne bouge, Hartmann va jeter l’éponge pour la reprise du site de Budelpack. C'est aussi un certains nombre d'emplois qui partent en fumée. Depuis le début de l’année cette entreprise est à la recherche de locaux pour son développement futur. Eh oui malgré la crise il y encore des industries qui progressent et même dans notre vallée. Cette reprise du bâtiment de Boudelpack était une formidable opportunité pour la vallée. Hartmann ne cesse de recruter et d’investir de l’argent dans le Val d’argent. Plus de 11 millions d’euros ces derniers temps. Il semblerait qu’il y ait un autre repreneur sur le coup et c’est ce qui retarde la décision du tribunal. Il y a d’abord eu un plan de reprise par une partie des cadres de Budelpack mais cette solution n’était, semble t-il, pas viable par manque de "lisibilité financière". Ensuite un nouveau repreneur, mais est-il sérieux ? On peut se poser la question. Personnellement j’en doute.  J'ai pu avoir quelques éléments d'un proche du dossier, rien n'est sûr. J’en suis même à me demander s’il n’y a pas des gens qui ne veulent pas d’Hartmann dans cette affaire. Je voudrais néanmoins saluer l’engagement de Jean Luc Frechard sur ce dossier. Il a vraiment affiché une volonté déterminée pour trouver la meilleure solution !

Je souhaiterai que du coté de la mairie Lièpvre on organise (vite, très vite) une réunion de la dernière chance. A cette réunion il faudrait y inviter, le liquidateur, un représentant du tribunal, le CAHR, le député, le conseillé général et les repreneurs potentiels et qu’on joue carte sur table. Je sais ce n’est pas facile, il faut juste de l’énergie et de la détermination. Si on veut redonner du travail à Robert (et à d’autres) çà passe par là ! Mais le veut-on vraiment ?

18/05/2009

Redonnons du travail à Robert

robert.jpgLe maire de Lièpvre s’est enfin rendu compte qu’il y avait une entreprise qui fermait dans sa commune. Difficile de faire autrement surtout qu'en 2011 il y a des élections dans la vallée. Avec son adjoint des finances il a demandé au liquidateur de garantir les salaires du mois de mai. En voilà un qui ne connait pas le dossier et surtout qui ne connait pas l’AGS !! Le liquidateur a du être étonné d'une telle démarche !

Petit rappel pour la municipalité de Lièpvre:

Le régime de garantie des salaires intervient en cas de redressement, de liquidation judiciaire de l'entreprise ou encore, sous certaines conditions, en procédure de sauvegarde. Il garantit le paiement, dans les meilleurs délais, des sommes dues aux salariés (salaires, préavis, indemnités de rupture...) conformément aux conditions fixées par le code du travail.

Donc les salaires sont garantis ainsi que les primes de licenciement mais çà tout le monde le sait ou presque......

Il aurait pu intervenir beaucoup plus tôt dans cette affaire mais je ne souhaite pas ouvrir de polémique sur un drame social.

Mais ce ne sont pas ces gesticulations à la Tartarin de Tarascon qui vont redonner du travail à " Robert ".

Il y a une entreprise sérieuse qui souhaite acquérir les locaux de Budelpack. Jean Luc Fréchard, plus tôt que de faire de l’esbroufe, travaille depuis quelques temps d’arrache pied pour qu’une solution de reprise soit trouvée le plus rapidement possible (Il est vrai que le maire de Lièpvre souhaitait son départ de la présidence de la comcom). Des emplois peuvent encore être sauvés ! Messieurs les politiques locaux hâtez vous, aidez donc Jean Luc Frechard, faites bouger ce dossier car si vous tardez trop, cette entreprise ne va pas attendre encore bien longtemps partira ailleurs !

Photo DNA de Robert Groshens

29/03/2009

Indifférence et silence

budel.jpgIndifférence, comment qualifier ce qui se passe actuellement chez Budelpack ? A part un élu qui se bat pour qu’il y ait un "après Budelpack," on pourrait croire que le reste de la tribu s’en bat l’œil comme de l’an 40. J’ai l’impression d’assister à une répétition du chemin de croix des  d’Alplast. Il y aura quand même une réunion à la sous-préfecture la semaine prochaine avec le secrétaire général de la préfecture, le député, le conseillé général et quelques élus du Val d’Argent. C'est à la demande d'un délégué syndical de Budelpack que cette réunion a été programmée.

De quoi va t'on parler à cette réunion ?

Va t''on annoncer que les derniers clients de Budelpack se retirent ?

 Çà tout le monde le sait !

 Que l'ensemble du personnel va se faire licencier prochainement ?

Tout le monde le sait aussi !

Qu’il n’y a pas de repreneur ?

Çà aussi tout le monde le sait !

Le maire de Lièpvre met déjà à disposition de la cellule de reclassement un bureau et une connexion Internet. Comme quoi pour lui Budelpack c’est réglé !

Un peu léger comme solution. Il est vrai qu'il a été plus que discret sur ce dossier. Je dirais même que son silence est ....assourdissant !

Lièpvre qui  était le poumon économique de la vallée est quelque peu enrhumé  en ce moment pour ne pas dire …asthmatique.

Qu'en sera t-il dans 5 ans???