Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2012

Nos traders....

wall-street-traders.jpgL’actualité se charge à nouveau dans notre belle vallée. La SEM est peut être à vendre. Notre Marcel Boussac local veut-il jetter l'éponge ? C'est vrai qu'il est temps de penser à 2014. Nos traders comcommiens vont certainement vendre leurs actions à un hypothétique repreneur de cette entreprise moribonde. Notre comcom se comporterait elle comme les fonds de pensions américains et nos délégués comme des goldens boys ? A suivre....

Moins marrant, une histoire de pollution, hé oui encore une et qui se voit ! je vous parlerai dans les tous prochains jours, donc à suivre ….

17/05/2012

LE SYNDRÔME de la GRENOUILLE

grenouille.jpgOlivier Clerc, écrivain et philosophe, vous soumet un petit conte d'une granderichesse d'enseignement.
Il s'agit du principe de la grenouille chauffée ...
La grenouille qui ne savait pas qu'elle était cuite …
Imaginez une marmite remplie d'eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille.
Le feu est allumé sous la marmite, l'eau chauffe doucement...
Elle est bientôt tiède.
La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.
La température continue à grimper...
L'eau est maintenant chaude.
C'est un peu plus que n'apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, 
Mais elle ne s'affole pas pour autant.
L'eau est cette fois vraiment chaude.
La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s'est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien.
La température continue à monter jusqu'au moment où la grenouille va tout
simplement finir par cuire et mourir.
Si la même grenouille avait été plongée directement dans l'eau à 50°, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l'aurait éjectée aussitôt de la marmite.
CONCLUSION :
Cette expérience montre que, lorsqu'un changement s'effectue d'une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du
temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte.
Si nous regardons ce qui se passe dans notre société depuis quelques décennies, nous subissons une lente dérive à laquelle nous nous habituons.
Des tas de choses qui nous auraient horrifiés il y a 20, 30 ou 40 ans, ont été peu à peu banalisées et nous dérangent mollement à ce jour,
ou laissent carrément indifférents la plupart des gens.
Au nom du progrès et de la science, les pires atteintes aux libertés individuelles, à la dignité, à l'intégrité de la nature, à la beauté et au bonheur de vivre, s'effectuent lentement et inexorablement avec la complicité constante des victimes, ignorantes ou démunies.
Les noirs tableaux annoncés pour l'avenir, au lieu de susciter des réactions et des mesures préventives, ne font que préparer psychologiquement le peuple
à accepter des conditions de vie décadentes, voire DRAMATIQUES.
Le GAVAGE PERMANENT d'informations de la part des médias sature les cerveaux qui n'arrivent plus à faire la part des choses...
Alors si vous n'êtes pas, comme la grenouille, déjà à moitié cuit(e), donnez le coup de patte salutaire avant qu'il ne soit trop tard.


09:55 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (1)

15/05/2012

Attention avec la chasse aux riches....

Signé : David R. Kamerschen, professeur d'économie.

Imaginons que tous les jours, 10 amis se retrouvent pour boire une bière et que l'addition totale se monte à 100 euros. Normalement cela ferait 10 euros par personne.
Mais nos dix amis décident de payer cette facture selon une répartition qui s'inspire du calcul de l'impôt sur le revenu, ce qui donne ceci :
- Les 4 premiers (les plus pauvres) ne paient rien.
- Le cinquième paye 1 euro.
- Le sixième paye 3 euros.
- Le septième paye 7 euros.
- Le huitième paye 12 euros.
- Le neuvième paye 18 euros.
- Le dixième (le plus riche) paye 59 euros... soit pas loin des 2/3 de l'addition totale.
Les 10 hommes se retrouvent chaque jour en fin de journée pour boire leur bière et semblent assez contents de leur arrangement.
Jusqu'au jour où le tenancier décide de leur faire une remise de fidélité : "Comme vous êtes de bons clients, dit-il, j'ai décidé de vous faire une remise de 20 euros sur la facture totale. Vous ne payerez donc désormais vos 10 bières que 80 euros."
Et c'est bien ce cadeau qui va semer la zizanie ! En effet:
Le groupe décide de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon qu'ils auraient payé leurs taxes. Les quatre premiers continuèrent à boire gratuitement. Mais comment les six autres (les clients payants) vont-ils diviser les 20 euros de façon équitable ?
Ils réalisent que 20 euros divisés par 6 faisaient 3,33 euros. Mais s'ils soustraient cette somme de leur partage, alors le 5ème et 6ème homme doivent être payés pour boire leur bière.
Le tenancier du bar suggère qu'il serait plus équitable de réduire l'addition de chacun d'un pourcentage du même ordre ; il fait donc les calculs.
Ce qui donne ceci :
- Le 5ème homme, comme les 4 premiers, ne paye plus rien. Il constitue donc un pauvre de plus ?!!!
- Le 6ème paye 2 euros au lieu de 3 (soit 33 % de réduction).
- Le 7ème paye 5 euros au lieu de 7 (soit 28 % de réduction).
- Le 8ème paye 9 euros au lieu de 12 (soit 25 % de réduction).
- Le 9ème paye 14 euros au lieu de 18 (soit 22 % de réduction).
- Le 10ème paye 50 euros au lieu de 59 euros (soit 16 % de réduction).
Chacun des six "payants" paye ainsi moins qu'avant, et les quatre premiers continuent à boire gratuitement.... rejoints par le 5ème.
Mais une fois hors du bar, chacun compara son économie :
"J'ai seulement eu 1 euro sur les 20 euros de remise", dit le 6ème ; et il désigna le 10ème : "Lui, il a eu 9 euros".
"Ouais ! dit le 5ème (qui ne paie plus rien), j'ai seulement eu 1 euros d'économie, moi aussi !" "C'est vrai!" s'exclama le 7ème. "Pourquoi le 10ème aurait-il eu 9 euros d'économie alors que je n'en ai eu que 2 ? Il est anormal que ce soit le plus riche qui bénéficie de la plus importante réduction". "Attendez une minute", cria le premier homme, " nous quatre, nous n'avons rien eu du tout. Donc le système exploite les pauvres !"
Les 9 hommes cernèrent le 10ème (le plus riche !) et l'insultèrent.
 

Le lendemain, le 10ème homme (le plus riche !) décida de ne plus venir et il préféra aller boire ailleurs. Les neuf autres s'assirent et burent leur bière sans lui. Mais quand vint le moment de payer leur note, ils découvrirent quelque chose d'important : ils n'avaient pas assez d'argent pour payer la moitié de l'addition (cette moitié qui était à la charge du plus riche).

C'est le triste reflet de notre système d'imposition. Les gens qui payent le plus de taxes tirent le plus de bénéfice d'une réduction des impôts. Taxez les plus forts, accusez-les d'être riches et ils iront boire ailleurs. A l'étranger, par exemple...
 Pour ceux qui ont compris, aucune explication n'est nécessaire. Pour ceux qui n'ont pas compris, aucune explication n'est possible.
 

18:42 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (2)

28/03/2012

LA république des souris

Le discours est de Tommy Douglas (en 1944 au Canada) dirigeant du premier gouvernement socialiste en Amérique du Nord, père de l’assurance maladie au Canada. Un régal et tellement d’actualité, j’adore et je le partage donc avec vous.

Toujours d'actualité

26/02/2012

La Frankfort

Après la perte du triple "A" voilà que nous avons perdu notre double "E". Notre candidat président est, selon moi, trop sous influence allemande. Voyez donc la deuxième affiche qui va bientôt sortir !

1864034_affichesarkozydetournee2.jpg