Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2010

Tout çà pour çà

RetraiteW-c21eb.gifCette fois, c'en est terminé. Le projet du gouvernement sur les retraites est désormais  devenu une loi, que chacun est tenu de respecter. Le président de la République peut être satisfait après tout il a résisté à la grogne sociale et il a fait preuve de fermeté face à la rue. Il entend bien en tirer parti pour montrer à la fois son autorité, son volontarisme, et sa communication sur le président "qui fait ce qu’il dit et qui dit ce qu'il fait". 

 Par contre le français moyen que je suis ne tournera pas la page aussi facilement que l'espère Nicolas Sarkozy. La promesse selon laquelle les retraites sont sauvées ne sera pas tenue. Alors tout ça pour ça ? Si la droite comme la gauche devront rouvrir le chantier des retraites, c'est qu'une fois de plus les travaux ont été superficiels et le débat, démagogique et escamoté, ce qui revient au même. Le report de l'âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans était indispensable pour colmater la brèche parait-il. Mais quel que soit les calculs des économistes, il manquera encore 15 milliards d'euros. 
 Et voilà qu'on commence seulement à parler de l'activité des seniors, de l'emploi des jeunes, de l'opportunité d'une retraite à points. Si nos politiques avaient été à la hauteur des enjeux, on aurait peut-être pu commencer par là.
 

 

19:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

09/09/2010

Une honte ce gouvernement

france-peut-faire-faillite.jpegAvec bien sûr, à leur tête, celui qui incarne aujourd’hui la honte de la France à travers le monde. Depuis 8 ans, cet homme, agité du bocal, dirige la sécurité, sans résultat probant. Que des effets d’annonce. Ce n’est pas moi qui le dit, mais, les premières salves sont venues des Etats-Unis, puis d’Angleterre, avant que l’Union européenne ne s’inquiète de la politique scélérate menée en France par des vide-goussets qui se mettent plein les poches, ces champions du cynisme qui ont toujours raison et rejettent leurs propres échecs sur les autres sans vergogne…

Ce Gouvernement de bras cassés, un vrai capharnaüm, mène la France à la perdition. Les Français se demandent aujourd’hui jusqu’où cet homme mènera la France.

 

19:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

07/09/2010

C'est la rentrée

 

nicolas_sarkozy_443225.jpgContrairement à d’autres blogs amis en grève aujourd’hui, le mien redémarre. Et pour cause, aujourd’hui plus de 2 millions de personnes dans la rue qui ont dit non à la politique que mène notre hyperactif de président.

On nous dit qu’il faut travailler plus longtemps parce qu’on vit plus vieux. OK

Qu’il faut cotiser plus pour éviter les déficits futurs. Le fait de repousser la retraite à 62 ans permet d’économiser 20 milliards. OK

Qu’il faut que les seniors travaillent plus longtemps. OK

Qu’il faut se serrer la ceinture : OK

Mais……notre hyperactif sort son premier ministre que lorsqu’il faut essuyer les plâtres sinon il fait tapisserie. Les ministres n’ont  rien  à dire ou si peu. Ou alors du bout des lèvres se demande s’il n’aurait pas dû démissionner ? N’est-ce pas Bernard, l’avaleur de couleuvres ? Et quand il parle s’est pour mentir, n’est-ce pas Eric ?  Et même lorsqu’ils se taisent pour peu qu’ils fument des cigares…..

Ne vaudrait –il pas mieux trouver du travail aux 2,2 millions de chômeurs comptabilisés qu'ainsi les 500 000 autres chômeurs planqués dans des stages ou formations bidon en n'oubliant pas non plus les 2 millions d'allocataires du RSA que compte notre pays avant d’entreprendre une quelconque  réforme ?  4 à 5 millions de cotisants en plus réduiraient les déficits et donneraient de l’espoir à notre jeunesse, eux les nouveaux pauvres.

Notre jeunesse  peine à  trouver du travail, va-t-on la sacrifier ?

Une réforme, s’il  en faut une, il serait nécessaire qu’on commence  par ceux qui nous gouvernent.

 

19:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

30/07/2010

La France ruinée deuxième partie

spectre-de-la-recession3.jpgOUI. Presque. Bientôt. Comme l’Argentine qui était la 9ème puissance mondiale dans les années 50.

Ce n’est pas moi qui le dit, c’est le ministre du budget, ce sont les agences de notations qui ont envisagent de dégrader la note de la France en 2011, et qui ont commencé à dégrader progressivement les notes des entreprises. C’est la nouvelle agence de notation Chinoise.

Voilà peut-être pourquoi les Français consomment 80 millions de boites d’antidépresseurs chaque année.

Quel avenir ?

La crise va s’accélérer au second semestre 2010 à cause du surendettement des états occidentaux, de l’inflation chinoise, de la panne économique américaine et de l’austérité Européenne créant un effet de cisaillement.
L’austérité imposée en Europe par l’Allemagne n’est pas obligatoirement un problème. Au contraire, elle pourrait être à terme une bonne chose pour l’Europe, car elle se désolidarise de la politique de fuite en avant américaine. Mais elle n’a qu’une seule chance de réussir. Voici les critères qui permettront de savoir si nous allons nous enfoncer dans une ère de troubles sociaux et de régression sans précédent, ou bien si nous allons pouvoir "rebondir" (à moyen terme) : pour que l’austérité soit "supportable" il faut 2 chose. 
La première, c’est que
l’austérité soit (largement) partagée par les "élites». Comme cet article l’a montré, les multinationales et les riches qui ont pillé (n’ayons pas peur de le dire) le pays pendant des décennies ont accumulé suffisamment de richesse pour rétablir les finances françaises presque instantanément. Sans aller jusqu’à tout leur prendre, il est clair qu’ils doivent fournir eux aussi un effort considérable. Mais, cela doit venir du gouvernement. Pour l’instant nos dirigeants nagent totalement à contre-courant. Ce n’est que parce que l’Allemagne a le courage d’imposer des bonnes solutions que nous avons une chance de voir le bout du tunnel. Mais habitués aux effets d’annonces, même si le gouvernement annonce sa propre rigueur, j’ai de gros doutes pour l’instant. Nous serons fixés d’ici 6 mois environ. Si les riches ne sont pas touchés, alors nous filerons droit vers de graves troubles sociaux, possiblement une guerre civile vue la gravité du contexte économique international. Soyons lucide, l’Euro, c’est avant tout la France et la vertueuse Allemagne. Du coup la France est le maillon faible de l’Euro. Les pays qui nous font la guerre économique en ce moment n’ont qu’à donner un "coup de pouce" aux jeunes des banlieues pour enflammer le pays et déstabiliser le gouvernement.
L’autre axe, moins important à court terme, mais primordial à long terme sont les
énergies renouvelables pour lesquelles nous avons 30 ans de retard environ. Par exemple le stockage gravitaire électromécanique (en gros les barrages d’eau, rendement 90%), les maisons passives ou bioclimatiques, et autres éoliens doivent être favorisés et exemptés de cure d’austérité. Sinon le retard pris par rapport aux pays qui ont émergé sera très handicapant dans l’avenir. Attention toutefois, les projets comme le solaire dans le désert du Sahara sont séduisants sur le papier, mais seront beaucoup coûteux à terme que prévu en raison du surcoût de protection militaire qu’il induit, car c’est un reliquat colonialiste. On doit viser notre véritable indépendance énergétique, et revenir vers du local. Pour le moment, malheureusement, l’écologie fait les frais de la crise et perd ses subventions.

Conclusion

Donc pour résumer : le juste retour des choses est l’austérité, mais elle doit être en priorité effectuée dans "le gras", sinon l’organisme va devenir malade. Il faut en plus garder un objectif, un espoir, via les énergies renouvelables.
D’autre part, ne nous y trompons pas. La dette que nous devons aux pays étrangers, l’est essentiellement envers les riches eux aussi ! Donc, idéalement il faudrait aussi restructurer la dette pour partager équitablement "l’effort". Et on constaterait au final que les pauvres ne doivent pas grand- chose aux pauvres des autres pays ! Ça semble l’évidence même formulé ainsi !

On n'a demandé de faire suivre, çà me parait justifié !

08:06 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

28/07/2010

La France ruinée ? première partie

fillon-recession.jpgTrouvé sur le net

Que nous cache le gouvernement derrière son plan de "rigueur" ? Qu’est-ce qui nous attends au juste ? Où est l’argent ? Peut-on prendre de l’argent ? Jetons un coup d’œil sous le tapis.

A un moment, je me suis demandé "mais comment la crise va se traduire en France ?". Ce n’était pas facile du tout de répondre, car l’information est très éparpillée. Tout le monde navigue en aveugle, et puis du jour au lendemain on apprend que ça barde dans tel pays ou tel autre.
Nous aurons la réponse définitive d’ici 6 mois environ Pour le moment, Talonnette 1er ne prend pas la bonne direction. La preuve avec l’affaire Bettencourt. Le risque de clash social est certain et, ça risque d’être dur et violent, car la crise va encore s’amplifier cet été.


Le PIB français est actuellement de 1 900 M€. Le PIB mesure la richesse produite par un pays pendant 1 année. Pour mieux comprendre, c’est équivalent à 29 000€ produit par habitant en un an, ou encore environ 66 000€ par personne active.

La dette publique française est de 1 535 M€ soit 80% du PIB. Ce qui compte aussi c’est la vitesse de croissance de la dette pour savoir si elle sera remboursée ou pas.

Le déficit public pour cette année est de 173 M€, soit 9% du PIB au lieu des 3% prévus par Maastricht. Cela signifie que les recettes de l’état sont inférieures aux dépenses.

La dette nette de la France est de 400 M€, 20% du PIB. La dette nette, c’est la différence entre les dettes que les autres nous doivent et celles qu’on doit aux autres, normalement, ça doit être 0. Elle était d’à peu près 0 en 2002.

La charge de la dette (le montant des intérêts à payer) est de 43 M€ (2,25% PIB), et va augmenter de 20 M€ en 2012 (soit 3,3%). On considère qu’au-delà il devient impossible de rembourser.

Le déficit de la sécurité sociale est de 27 M€ cette année, et 44 M€ en cumulé pour un budget d’environ 300 M€ dont une partie non négligeable sert uniquement à enrichir les laboratoires pharmaceutiques (vaccins contre une hypothétique pandémie…).

Le déficit cumulé de notre balance commerciale (différence entre les imports et exports) est de 38 M€

Les impôts sur les revenus des sociétés rapportent 100 M€ par an.


Maastricht

Les critères de Maastricht disent qu’avec une dette de 60% du PIB, un déficit de 3% du PIB ET une croissance de 5%, la dette reste stable à 60%.

Mais admettons. Actuellement, on dépasse les 60%, puisqu’on est à environ 80%.
Pour revenir à l’équilibre il faudrait trouver environ
500 M€ (350 pour la dette, et 150 pour le déficit) - j’arrondis un peu les chiffres.

Donc, non pas pour revenir à l’équilibre, mais pour garder la note AAA de notre dette (et donc la refinancer à bas prix) le gouvernement nous prévoit un plan d’austérité "drastique" de réduction d’environ 100 M€ l’année prochaine. En se basant sur une croissance du PIB de 2,5% (lol) qui rapporterait 35 M€, la fin des mesures de relance 15 M€, rabotage des niches fiscales 5 M€, réductions des dépenses publiques (non spécifiées) 45 M€ (train de vie de l’état réduit : 1 M€ ... une paille)
Donc, pour vous donner une idée du merdier ... sachant que la rigueur va se transformer en austérité et va plomber le PIB. Donc un plan ridicule.


Où sont les sous manquants ?
Maintenant procédons par étapes. Si l’on devait unique s’en tenir à la justice sociale, combien devrions nous récupérer d’argent ?
D’abord les exonérations de cotisations sociales (39M€). On pourrait quasiment boucher le trou de la sécu en une seule fois avec ! Puis, entre l’évasion fiscale (50M€), l’expatriation (7M€), les dividendes du patrimoine manquants (35M€) on aurait : 131M€ ANNUEL à récupérer. Plus 90M€ de pertes sur ventes du patrimoine à récupérer. Rien qu’avec ça, on peut rétablir nos finances sans austérité. Pas
besoin de grand emprunt non plus. On voit d’où viennent les fameux 100 M€ perdus dont la presse fait la promotion en ce moment pour faire passer la pilule de l’austérité.

Si on rajoute d’autres "injustices légales" tel que le coût des bad banks (35M€ pour 1 banque, donc probablement 100M€ minimum au final pour l’ensemble), la grippe 1M€, la redevance 1M€, les taxo pro 28M€, le bouclier fiscal 0,5M€

On a au total, en prenant toutes les possibilités en compte un potentiel de  près de 200 M€ annuels qui sont distribués par diverses manières aux plus riches ou entreprises.
Quelles seraient les conséquences ? Faire partir les riches (du moins ceux qui pillent le pays) et les multinationales (qui n’en font pas moins) ... grand bien nous fasse ! N’oublions pas que les inégalités ne cessent de croître en France depuis la vague "libéraliste" des années 80. Liberté égalité fraternité, non ? Ça ressemble de plus en plus esclavage, pillage, copinage ?
Nous aurions là de quoi rétablir les finances françaises très rapidement. Probablement en 2 ans grand maximum si nous avions une forte volonté politique, et 3 à 5 ans en restant raisonnable. Il
suffit d’aller chercher dans les réserves de gras des multinationales et les riches profiteurs qui se sont bien gavés durant les dernières années. C’est ce qui s’est fait historiquement en cas de crise ou de guerre d’ailleurs.

Evidemment, les riches s’enfuiraient dans d’autres pays, et les multinationales fermeraient ou seraient nationalisées. Et après ? On aurait soldé nos comptes, et on aurait viré les profiteurs / pollueurs.

Je suis conscient de simplifier abusivement, mais je suis aussi conscient qu’on paye actuellement pour les ABUS de la classe mafieuse dirigeante. 
Et comment tout ceci est possible ? Et bien en fait, comme la Grèce,
la France maquille ses comptes en "oubliant" les engagements retraite (qu’on chiffre à au moins 1 000 M€ certains avancent 3 000 M€). Ce faisant la France parait plus riche qu’elle n’est. Donc on se permet des cadeaux aux copains.

19:01 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)