Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2012

Budelpack ou le manque d'intérêt

vente enchere.jpgLe site devait être vendu aux enchères le 16 avril mais faute d’acheteur il sera à nouveau présenté à la vente dans les prochains temps. Il y avait bien un rombéchat DYNAMIQUE qui travaille dans l’EMBALLAGE qui était intéressé par ce  site mais après avoir visité les lieux sur les conseils d’un industriel local, s’est vite empressé de reprendre ses 175 000€ de caution, ses jambes à son cou et d’annoncer qu’il n’était plus intéressé. Pourquoi se revirement subit. Et bien tout simplement parce cette usine s’est transformé en trakuf (oui c’est du patois de Lièpvre ;o) Plus personne n’en veut. Le site a été pillé, pollué  et saccagé par les voleurs et autres sbires. De plus celui qui l'achètera devrait  le nettoyer et le dépolluer. A combien va se chiffrer tout çà ? Bien malin qui pourrait le dire. Le maire de Lièpvre n’a pas jugé bon de contacter tous les acteurs économiques qui auraient pu être intéressés par ce rachat. Consternant, d’autant plus qu’en 2008 un projet très sérieux avait été annoncé avec la reprise d’une quarantaine de salariés. Il n'a même pas daigné prendre contact avec l'industriel intéressé. Quel manque d'intérêt de sa part ! Et après çà on s’étonne du score de Marine à Lièpvre !!!!   Maintenant que va-t-il advenir de ce site ? Eh bien il va devenir un bâtiment orphelin et là pour tout projet de reprise, il va falloir compter 5 ans. Ce qui revient à dire qu’il n’y aura jamais plus rien dans cette usine  à moins d'un miracle ! Triste et pitoyable. L’avenir jugera nos responsables locaux !

26/04/2012

Avis de décès

mort2.jpgUne petite nouvelle d’entre deux tours. La liquidation après plan de cession de la société Geprom a été prononcée par le tribunal de grande instance de Colmar le 27 mars 2012. Donc adieu loyers impayés, emplois et compagnie promis par notre comcom. Quand à nos artisans ils en sont quitte pour passer les créances en pertes et profits ! Mais n’en doutons pas nous aurons droit à des explications comcomiennes lors du prochain conseil. Eh oui n’oublions pas non plus que nos délégués ont payé la dernière facture d’électricité de Geprom. A moins qu’on applique la règle d'or en application dans la vallée : "moins on en dit mieux on se porte".

19/03/2012

Un mal bien de la vallée

A croire que le meilleur est ailleurs !

Val d’Argent Habitat s’est lancé dans le dispositif Séquoia : l’accueil de personnes handicapées qui deviennent locataires de l’office HLM, tout en étant encadrées par des "gouvernantes" six heures par jour, en partenariat avec l’UDAF. Une première dans le département du Haut-Rhin.

 Voilà une très bonne idée et pourquoi ne pas étendre ce système aux personnes âgées ? A Lièpvre on construit une maison de retraite. Mais qui va en profiter ? Vous croyez vous aux belles promesses qui consiste à dire que c’est pour les anciens du village ? Moi non ! C’est l’argent qui décidera. Et pour une maison de retraite neuve autant dire qu’il faut de très bons revenus. Et quand je regarde le grand panneau à l’entrée du chantier et que je ne vois aucune entreprise du Val d’Argent, çà me désole. Oui je sais il y a des appels d’offres, nos entreprises ont la possibilité d’y répondre. Mais prend-on tous les paramètres en comptes ? Les entreprises de la vallée donnent du travail aux gens d’ici, elles payent aussi la contribution économique territoriale (ex taxe professionnelle) et çà, coté mairie, on ne le voit pas. Idem pour le repas communal de fin d’année, le maire préfère aller à Sainte Marie plutôt que de donner à gagner aux commerces de Lièpvre. Nous avons encore un restaurant et un traiteur, pourquoi ne pas alterné, une année c’est le restaurant la suivante c’est le traiteur….

panneau liepvre.jpg

 

23/01/2012

tu délocalises ?

 assurance-chomage-seniors.jpeg

Un industriel Européen fabrique un produit, paye bien ses collaborateurs et gagne de l'argent, ses collaborateurs gagnent aussi bien leur vie et peuvent acheter le produit fabriqué. Si l'on délocalise la fabrication du produit en Chine ou autre (machines, brevets, savoir faire) l'entreprise européenne licencie ses collaborateurs qui du coup n'ont plus d'argent, sont à la charge pour partie de la société (ce qui ne fait qu'augmenter le niveau des charges) et ils ne peuvent plus acheter les produits qu'ils fabriquaient antérieurement faute de moyens. Tôt ou tard le patron sera ruiné car un petit chinois c'est pas plus con qu'un petit français et lorsqu'il aura copié le brevet, acquis le savoir faire il se débrouillera parfaitement tout seul.

 Moralité : à vouloir trop gagner on risque de tout perdre. Il ne s'agit pas de rester dans sa tour d'ivoire mais il est indispensable de savoir protéger ses acquis technologiques sans oublier d'encourager la recherche afin de garder une longueur d'avance, il faut labéliser au maximum nos produits, sans prêcher le paternalisme, il faut redonner du sens civique à l'entreprise afin de conserver une paix sociale dont tout le monde à besoin. Freiner la mondialisation qui n'a pour effet que d'augmenter le fossé entre les plus riches et les plus pauvres. Dynamiser à nouveau les financements bancaires régionaux pour les entreprises (localement sont connus les entreprises et les dirigeants dynamiques, (je vous parlerai d'une entreprise dans peu de temps). Réformons le statut du politique car il n'est plus en phase avec nos attentes mais seulement avec ses préoccupations électorales...


25/11/2011

L’espoir d’un avenir

soprema.jpgSOPREMA: voilà une entreprise qu’il faut soutenir. Elle qui est prête à mettre 5 millions d’euros sur la table en reprenant Geprom. Là j’y crois ! Plus de 2200 collaborateurs sur toute la France. Si cette reprise est effective c’est des emplois et de l’investissement pour le fond de la vallée. C’est le tribunal qui va décider si l’offre de Sopréma est recevable. Du coté de la comcom, çà serait bien qu'ils se frottent les yeux pour y expluser les granulés qu'on leurs à jetté en guise de "poudre aux yeux" et qu’ils mouillent leur chemise  pour du sérieux cette fois. Geprom repris, peut être Budelpack aussi, le Val d’argent retrouve un avenir. Et une fois n’est pas coutume ;o) je vais m’adresser à nos délégués intercommunaux en leurs citant Antoine de Saint-Exupéry:  l'avenir tu n'as pas à le prévoir, tu as à le permettre.